Vendredi 24 janvier 2020

Environnement - Politique

Olafur Eliasson, nouvel ambassadeur de l’ONU pour l’environnement

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 25 septembre 2019 - 380 mots

MONDE

Très engagé dans la cause écologique, l’artiste islando-danois est chargé de mobiliser les soutiens.

Olafur Elliasson. © Photo Runa Maya Mørk Huber/Studio Olafur Eliasson.
Olafur Elliasson
© Photo Runa Maya Mørk Huber / Studio Olafur Eliasson

Deux jours après les manifestations mondiales pour le climat, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a nommé Olafur Eliasson ambassadeur de bonne volonté pour l’action climatique et le développement durable. À ce titre, l’artiste dont les travaux sur la crise environnementale sont actuellement exposés à la Tate Modern utilisera sa notoriété pour « éveiller les consciences et mobiliser les soutiens » concernant l’écologie.

Plus largement, l’artiste défendra les 17 objectifs de développement durable (ODD) établis par les membres de l’ONU. Rassemblées dans un agenda adopté par l’organisation en 2015, ces missions fixent des objectifs à atteindre d’ici 2030 dans les domaines de la pauvreté, des maladies et de la gestion des ressources naturelles.

« Au fil de sa carrière Olafur Eliasson s’est résolument engagé en faveur de la préservation de l’écosystème et l’accès aux énergies renouvelables », a déclaré Ulrika Modeer, directrice du bureau des relations extérieures et du plaidoyer au Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Le thème de la nature est un leitmotiv dans l’œuvre de l’artiste. En 1993, il avait exposé Beauty aux Etats-Unis, une installation faisant apparaître un arc-en-ciel dans une salle obscure en utilisant l’eau et la diffraction de la lumière. Pour The New York city waterfalls en 2008, il installait quatre cascades artificielles monumentales dans la métropole américaine.  

Plus politique était l’intervention d’Olafur Eliasson en marge de la COP21 en 2015. L’artiste avait installé un cadran polaire géant composé de 12 morceaux d’iceberg sur la place du Panthéon, à Paris. En parallèle de ses activités de création, il a aussi collaboré avec l’ingénieur Frederik Ottesen pour fonder en 2012 Little Sun, une société visant à démocratiser l’utilisation de l’énergie solaire.

Durant sa cérémonie de nomination, Olafur Eliasson a déclaré : « La vie sur Terre est une question de coexistence entre humains et non-humains. La coexistence est belle et féconde, chaotique et complexe. Le fait est que chacun de nous en fait partie. C’est pour cette raison que nous devons tous prendre la crise climatique au sérieux »

Olafur Eliasson rejoint de nombreuses autres personnalités internationales ayant reçu le titre d’ambassadeur de bonne volonté. Concernant la cause des femmes, on peut par exemple citer Cate Blanchett ou Emma Watson.
 

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque