Dimanche 5 juillet 2020

Art contemporain

L’artiste Saype réalise une fresque humaniste sur les pelouses du Champ-de-Mars

Par Sindbad Hammache · lejournaldesarts.fr

Le 9 juin 2019 - 417 mots

PARIS

Paris est la première étape de « Beyond Walls », le projet du Belfortain célébrant les sauveteurs de SOS Méditerranée.

Le Champs-de-Mars Paris
Le Champs-de-Mars à Paris
Photo Pixabay

Du 3 au 15 juin , les pelouses du Champ-de-Mars se transforment en une gigantesque œuvre à ciel ouvert : l’artiste Saype, qui se spécialise dans les peintures grands formats sur pelouse, a investi les lieux pour créer une fresque de 600 mètres de long et 25 de large. Représentant une chaîne de mains entrelacés, l’œuvre intitulée « Beyond Walls » (au-delà des murs) rend hommage aux marins-sauveteurs qui secourent les migrants en Méditerranée.

Pour concevoir ce projet, Saype s’est inspiré de photographies des sauveteurs de SOS Méditerranée. Soutien de l’association, il souhaite sensibiliser le public aux actions de sauvetage des migrants à travers cette fresque qui, vue de haut, donnera l’impression d’une immense chaîne humaine.

En septembre dernier, il avait déjà réalisé une fresque de 5000 m2 au bord du lac Léman, à côté du siège des Nations-Unies, également en hommage aux bénévoles de l’association. « Nous sommes très sensibles au fait que des gens mettent de côté leur vie deux semaines, trois semaines, pour aller à bord du bateau l’Aquarius de SOS Méditerranée, sachant très bien qu’ils vont être confrontés à des situations abominables », déclarait alors cet infirmier de formation.

« Beyond Walls » n’en est qu’à son commencement, puisqu’elle se développera sur trois ans, et en une vingtaine d’étapes aux quatre coins du globe : Genève, Buenos Aires, Londres ou Nairobi font partie des prochaines destinations de cette chaîne humaine géante.

A Paris, quatre salariés et des bénévoles épaulent le graffeur originaire de Belfort. Pour reproduire ses dessins sur de si grandes surfaces, il utilise une mise à l’échelle grâce à des piquets. « Quand je peins, j’imagine ce que ça va donner dans le ciel » explique-t-il à France 3 : pour pouvoir profiter pleinement de l’œuvre, le meilleur point de vue sera le sommet de la Tour Eiffel.

Après un vernissage le 15 juin, la fresque sera livrée aux caprices de la météo et au piétinement des flâneurs… Elle devrait être visible pendant environ un mois. Saype utilise une peinture biodégradable qu’il confectionne lui-même à partir de craie et de charbon.

Ce gigantesque projet arrive dans la continuité d’une riche année pour ce « street artist » d’un genre spécial, dont la renommée ne cesse de grandir. Début 2019, le magazine Forbes le classait parmi les « 30 under 30 » (comprendre : les trente trentenaires qui comptent) du monde de l’art. 

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque