Architecture

L’architecte David Adjaye lauréat du prix Design of the Year 

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 29 janvier 2018 - 486 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

David Adjaye a été récompensé pour sa construction du Smithsonian National Museum of African American History and Culture. Un musée dédié à la culture afro-américaine ouvert en 2016 à Washington.

Le prix, Beazley Design of the Year organisé par le Design Museum de Londres est remis depuis 10 ans. Cette année le grand gagnant est l’architecte anglo-ghanéen, agé de 51 ans, David Adjaye. C’est la deuxième fois que le prix consacre un projet architectural, en 2014 le prix avait été attribué à Zaha Hadid pour son centre culturel Heydar-Aliyev en Azerbaïdjan.

Le prix récompense la promotion de l’échange, l'accessibilité, la qualité artistique, et la capacité à capturer l’esprit d’une année. Le jury était entre autres composé de David Rowan, éditorialiste pour Wired, Ozwald Boateng et Marcus Engman d’Ikea et Michael Tchao d’Apple.

David Adjaye est un architecte de renom ; il a notamment réalisé le design de l’Exposition internationale de la 56e Biennale de Venise dirigée par Okwui Enwezor en 2015. Actuellement en charge du Musée de l’Holocauste de Londres et du nouvel espace du Studio Museum de Harlem à New York, il figurait dans la liste du Times comme l’une des cents personnalités les plus influentes de 2017.

Le Musée national de l’histoire et de la culture africaine-américaine est le plus grand musée dédié à la culture afro-américaine aux Etats-Unis. Le projet est né en 1915 d’anciens combattants noirs qui souhaitaient un mémorial. Il faudra attendre 2003 pour qu’un président, Georges W. Bush le mette en oeuvre. C’est finalement Barack Obama qui inaugurera la pose de la première pierre en 2012 et ouvrira le lieu en septembre 2016 à la fin de son mandat.

Le lieu a connu un grand succès public et médiatique, le New York Times l’a élu Cultural Event de l’année 2016.

Le musée relate un passé sombre en rendant visible des objets tels que des chaînes d'esclaves, un train datant de la ségrégation, mais aussi des objets dont la symbolique est plus légère comme la Cadillac rouge de Chuck Berry. Des thèmes actuels sont également abordés comme le mouvement né en 2013 Black Lives Matter, témoignant de la contemporanéité des tensions interraciales et d’un racisme toujours trop présent. Le budget de construction du musée s'élève à 500 millions de dollars à moitié financé par les institutions publiques et à moitié par des mécènes privés pour un espace de 40 000 mètres. L’architecture s’inspire de la culture africaine des Yoruba, rappelant une couronne africaine avec ses 3 600 plaques forgées rendant hommage aux esclave du sud des Etats-Unis.

Le musée est situé près de la Maison Blanche, dans le National Mall qui abrite plusieurs espaces commémoratifs. Le choix du lieu est hautement symbolique puisque des marchés d'esclaves s’y tenaient. C’est aussi là bas que Martin Luther King a fait son discours le plus connu, I have a dream, en 1963 - faisant écho à la volonté mémorielle de l’institution consacrée à l’histoire afro-américaine.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque