Jeudi 19 septembre 2019

Architecture

La Crimée : un test de loyauté pour le milieu culturel russe

Par Emmanuel Grynszpan (correspondant à Moscou) · lejournaldesarts.fr

Le 9 avril 2014 - 247 mots

MOSCOU (RUSSIE) [09.04.14] - Le gouvernement a nommé une personnalité « plus docile » pour remplacer le commissaire limogé de la prochaine biennale d’architecture de Venise.

Le ministre de la Culture Vladimir Medinski a nommé mardi 8 avril 2014 Semyon Mikhaïlovsky au poste de commissaire du pavillon russe pour la biennale d’architecture de Venise, qui ouvre en Juin prochain. La veille, le ministre avait limogé Grigori Revzin, qui avait déjà été commissaire de la biennale à deux reprises, mais ne cachait pas ses divergences avec la politique du Kremlin.

Revzin avait expliqué lundi son limogeage dans deux articles critiques envers l’annexion de la Crimée. Aujourd’hui, la porte-parole du ministre de la Culture Elena Milovzorova a confirmé à demi-mot au quotidien Kommersant que les articles de Revzin posaient problème au ministre : « [Mikhaïlovsky] remplacera Grigori Revzin, dont les intenses efforts créatifs et journalistiques ces derniers temps ne lui donnent pas la possibilité de participer pleinement au projet [de la biennale], dont les préparatifs avancent à grands pas. »

Semyon Mikhaïlovsky est le recteur de l’Institut Répine de l’Académie des Beaux-Arts de Russie. Il fut déjà l’un des curateurs du pavillon russe de la biennale en 2000. A la différence de son prédécesseur, Mikhaïlovsky partage pleinement le point de vue du pouvoir sur les dernières évolutions politiques. Il a docilement signé la lettre de soutien à Vladimir Poutine mise en circulation par le ministre de la Culture Vladimir Medinski. Les bonnes vieilles traditions soviétiques reviennent à grande vitesse.

Légende photo

Vladimir Medinski, ministre russe de la culture © Photo Zaman

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque