Mardi 10 décembre 2019

Vincent, Pierre et Félix

Le Journal des Arts

Le 5 juillet 2011 - 459 mots

La Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, se fait l’écrin d’une des plus grandes collections suisses d’art moderne.

La Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, clôt un cycle d’expositions sur les grands collectionneurs, suisses en particulier, avec la présentation de la collection des époux Hahnloser. « Van Gogh, Bonnard, Vallotton… » retrace la genèse de cet ensemble d’art moderne débuté à l’orée du XXe siècle. La scénographie bénéficie de la similitude architecturale entre la villa XIXe qui abrite la fondation romande et le musée détenteur de la collection et ancienne résidence du couple, la Villa Flora, située à Winterthour, dans la Suisse alémanique.

Les crispations nationalistes de l’époque n’empêcheront pas les époux d’apprécier l’art contemporain français, dont ils constitueront un florilège entre 1905 et 1936. Grâce aux liens tissés avec des artistes suisses, ils pénétreront dès 1907 le milieu artistique parisien. « L’appartenance, toujours plus intime, à ce cercle d’amis, a constitué l’élément le plus riche de notre vie », proclame Hedy Hahnloser en 1940, après la perte de son mari. Déambulant d’atelier en atelier, le couple n’avait cessé d’entretenir des liens avec les artistes, évoqués tout au long du parcours de l’exposition.

Dès la première salle, les correspondances entre peintres et mécènes, les portraits des époux et de leurs enfants, par Félix Vallotton – des tableaux tantôt académiques, tantôt restituant des scènes quotidiennes –, témoignent des nombreux séjours des artistes effectués à la Villa Flora. Sur les quatre niveaux du bâtiment se déploient plus de 150 œuvres dont les auteurs rivalisent de renommée : Renoir, Odilon Redon, Van Gogh, Manet, Matisse… À l’époque où les derniers mécènes ne s’intéressaient qu’aux valeurs sûres du XIXe siècle français, miser sur l’art contemporain ne participait d’aucune mode. De surcroît, exposer chez soi le splendide tableau La Blanche et la Noire, à l’iconographie sulfureuse, de Félix Vallotton, relevait d’une prise de position téméraire.

Malgré la qualité de certaines œuvres, la cohérence de l’accrochage, qui adopte d’abord un fil chronologique avant de suivre une logique thématique, est parfois difficile à saisir. Si le parcours souffre de confrontations picturales heurtées, tels ces tableaux de Toulouse-Lautrec qui côtoient des œuvres de Rouault, une constante s’en dégage avec la présence d’un important fonds d’œuvres de Vallotton et de Bonnard. Il rend compte des goûts avisés de ces amateurs comme de l’effervescence artistique d’alors, par laquelle le visiteur est happé en douceur. 

VAN GOGH, BONNARD, VALLOTTON…

Commissariat : Juliane Cosandier, directrice de la Fondation de l’Hermitage, Lausanne ; Angelika Affentranger-Kirchrath, conservatrice de la Villa Flora, Winterthur

Nombre d’œuvres : environ 160


Van Gogh, Bonnard, Vallotton…

Jusqu’au 23 octobre, Fondation de l’Hermitage, 2, route du Signal, Lausanne, Suisse, tél. 41 21 320 50 01, www.fondation-hermitage.ch, tlj sauf lundi 10h-18h. Catalogue, coéd. Fondation de l’Hermitage/La Bibliothèque des Arts, 384 p., ISBN 978-2-88453-166-5.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°351 du 8 juillet 2011, avec le titre suivant : Vincent, Pierre et Félix

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque