Dimanche 25 février 2018

Léon Kossoff et les jeunes

La participation britannique

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 22 mars 2010

Né en 1926, Léon Kossoff occupera le pavillon de la Grande-Bretagne avec trente œuvres, peintes au cours des dix dernières années. Figuratif, souvent classé avec Bacon et Auerbach dans l’École de Londres, Kossoff peint généralement à l’huile sur isorel des sujets pris dans son entourage ou des paysages vus de la fenêtre de son atelier. Mais la présence britannique sera également marquée par une exposition de jeunes artistes au cloître de la Scuola di San Pasquale.

Les deux tiers de l’exposition Kossoff seront constitués de paysages et de nus qui n’avaient jamais été montrés. Les œuvres – dont les deux reproduites ci-dessus – ont été sélectionnées par David Sylvester et par Andrea Rose, directeur du British Council of Visual Arts.

Leon Kossoff est également présent dans la seconde partie de l’exposition "Identité et altérité" de Jean Clair, en compagnie d’autres peintres britanniques – Stanley Spencer, Francis Bacon, Lucian Freud, Frank Auerbach, Howard Hodgin et R.B Kitaj.

À la Scuola di San Pasquale
La présence britannique se manifestera également au cloître de la Scuola di San Pasquale, bâtiment peu connu du XVIIe siècle accolé à l’église San Francesco della Vigna. Il accueillera un événement intitulé "New Art from Britain" (Le nouvel art britannique), organisé par le British Council à la suite de l’annulation de la section "Aperto". Douze jeunes artistes (ou associations d’artistes) britanniques ont été choisis : Fiona Banner, Dinos et Jake Chapman, Adam Chodzko, Matthew Dalziel et Louise Scullion, Ceal Floyer, Thomas Gidley, Douglas Gordon, Gary Hume, Jaki Irvine, Jane et Louise Wilson, Elizabeth Wright et Cerith Wyn Evans.

Tous s’inscrivent dans le sillage de Damien Hirst, dont une installation – une vache coupée longitudinalement en deux et son veau, conservés dans deux cuves de formol – avait fait parler d’elle lors d’Aperto 1993.

La Fondation Cini accueillera, du 25 août au 25 novembre, une rétrospective de l’œuvre d’Henry Moore, lauréat du Prix international de Venise en 1948. Elle comprendra 139 petites sculptures et travaux sur papier, ainsi que trois tapisseries et trois sculptures monumentales en bronze : Locking Piece, de 1963-1964, Reclining Figure : Arch Leg, de 1969-1970, et Three-Piece Reclining Figure : Draped de 1975.

Placées sur la "fondamenta" (le quai) de l’île de San Giorgio Maggiore, ces œuvres seront visibles depuis l’autre rive du bassin de Saint-Marc. Cette rétrospective fait partie d’une exposition itinérante organisée par la Fondation Henry Moore.

Enfin, l’extension du jardin de sculptures de la Collection Peggy Guggenheim accueillera deux importantes sculptures britanniques, d’Anthony Caro et Richard Long, prêtées par le collectionneur de Dallas Ray Nasher, grâce à l’intervention de Philip Rylands, directeur adjoint de la Collection Peggy Guggenheim de Venise.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°15 du 1 juin 1995, avec le titre suivant : Léon Kossoff et les jeunes

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque