Dimanche 16 décembre 2018

Politique - Photographie

Politique

Le ministère sonne le glas de la mission de la photographie

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 3 janvier 2017 - 804 mots

Les jours de la mission de la photographie, créée en 2010 par Frédéric Mitterrand, sont comptés. Elle devrait être remplacée par une délégation installée au sein de la direction de la Création.

Créée en mars 2010 par Frédéric Mitterrand, la mission de la photographie est chargée de réfléchir aux moyens de renforcer et d’améliorer les politiques de conservation et de diffusion de la photographie. Après six années d’existence, survivra-t-elle au quinquennat de François Hollande et aux ministres de la Culture et de la Communication qui se sont succédé Rue de Valois ? Rien n’est moins sûr.

Après des tergiversations sur ses raisons d’être, au sein des cabinets successifs, le souhait exprimé par Audrey Azoulay lors des Rencontres d’Arles 2016 de devoir « redéfinir certains axes de travail de la mission de la photographie » associé à la décision de la ministre de nommer Sophie Léron chef de cette nouvelle mission ont signé le départ de Daniel Barroy, responsable de la mission photo depuis sa création. L’arrivée de l’attachée parlementaire du socialiste Patrick Bloche (président de la commission permanente aux Affaires culturelles et à l’Éducation) résonnait alors comme une nomination politique. Celle de Daniel Barroy, en son temps, avait il est vrai suscité autant d’interrogations, compte tenu de son parcours, bien éloigné du monde de la photographie. L’appui de Francis Lacloche, conseiller de Frédéric Mitterrand, avait eu raison de cette nomination.

L’arrivée de Sophie Léron, le 26 août dernier, comme chef de projet dans le service de Pierre Oudart à la direction générale de la création artistique (DGCA) et non à la direction générale des patrimoines – à laquelle était rattachée la mission photo – ne laissait rien présager de bon pour ses deux employées : Isabelle Le Mée, responsable scientifique en charge des questions relatives à la conservation et au patrimoine photo, et Sandrine Maheux, inspectrice et conseillère à la création. L’absence de cette dernière dans les jurys des deux commandes photos lancées par le ministère de la Culture, l’une sur la jeunesse, l’autre sur le Grand Paris, montre la volonté de la DGCA qui les pilote avec le Centre national des arts plastiques (CNAP) de mettre hors jeu l’ancienne équipe de la mission photo, malgré ses compétences.

Enfin, les propositions de Sophie Léron en réponse à la lettre de mission du 30 septembre de Frédéric Lenica, directeur de cabinet d’Audrey Azoulay, lui demandant outre la mise en place d’un Parlement des photographes, « la préfiguration d’une future organisation interne pour le déploiement à long terme d’une politique en soutien à la photographie et d’une reconnaissance de ce champ d’intervention au sein du ministère de la Culture et de la Communication », n’annoncent rien d’autre que la fin de la mission photo. Et la proposition de créer au sein de la DGCA une délégation à la photographie placée auprès du chef de service, directeur adjoint chargé des arts plastiques, autrement dit de Pierre Oudart – comme le souhaitait d’ailleurs la DGCA – va dans le même sens.

Une délégation à la photographie à concrétiser
Le départ de Sophie Léron de la mission photo pour le cabinet du Premier ministre comme conseillère technique des industries culturelles, le 14 décembre 2016, remet-elle en cause la création de cette délégation ? Nullement, dit-on au ministère, qui, pour la première fois en cinq ans, a mis à l’ordre du jour du comité technique ministériel du 24 janvier la politique photo. Reste néanmoins à quatre mois de l’élection présidentielle à mettre en place cette délégation photo, à nommer à sa tête un nouveau responsable, à trouver de nouvelles affectations à Isabelle Le Mée et Sandrine Maheux et donc à surseoir à l’existence « d’une mission photo qui n’a jamais été actée administrativement », souligne-t-on Rue de Valois. De fait le transfert de la mission photo du cabinet de Frédéric Mitterrand (auprès duquel elle était rattachée à sa création) à la direction générale des patrimoines ne s’est fait que par le biais d’une seule note du directeur de cabinet à ce dernier.

La création de cette délégation, si elle devait voir le jour, fleure en effet le règlement de compte par la DGCA avec une mission héritée par un gouvernement de gauche qui ne savait trop qu’en faire. Mais elle entérine surtout l’absence d’une politique photo de la part du ministère durant ces cinq années, malgré les discours d’intention des trois ministres et les commandes photographiques actuellement programmées. En témoigne, entre autres, le Parlement des photographes, évoqué par Fleur Pellerin en septembre 2015, et repris par Audrey Azoulay, sans qu’à ce jour il n’ait été encore mis en place.

Erratum

Le titre original de l'article était "Le ministère sonne le glas de la Mission photographique". La Mission Photographique est relative à la mission de la DATAR. L'article traite ici de "la mission de la photographie", communément appelé "la mission photo".

Légende photo

Audrey Azoulay, ministre de la Culture © MCC / photo Didier Plowy

En savoir plus
Consulter la fiche biographique de Patrick Bloche Consulter la fiche biographique de Sophie Léron

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°470 du 6 janvier 2017, avec le titre suivant : Le ministère sonne le glas de la mission de la photographie

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque