Un outsider à la direction du Musée national d’art moderne

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 15 novembre 2013 - 425 mots

PARIS [15.11.13] - Aurélie Filippetti et Alain Seban ont finalement décidé de confier la direction du Musée national d’art moderne à Bernard Blistène, actuel directeur du développement du Centre Pompidou, et que l’on croyait hors course.

On attendait Catherine Grenier, seule ou en duo avec Laurent Le Bon, pour succéder à Alfred Pacquement, après le retrait de la candidature de Max Hollein, ce sera finalement Bernard Blistène.

Cette nomination est d’autant plus surprenante qu’on croyait l’actuel directeur du développement du Centre Pompidou hors course depuis bien longtemps. Si cette décision met un terme à un climat qui commençait à devenir fiévreux depuis quelques jours, aboutissant au retrait de la candidature de Max Hollein et de Marion Ackermann, la polémique ne fait que commencer. Pourquoi Alain Seban s’est-il si fortement opposé à la candidature de Catherine Grenier au point d’aller repêcher Bernard Blistène en fin de parcours ? La relance de la procédure de recrutement en septembre est-elle autorisée par le règlement ? Pourquoi Max Hollein s’est-il retiré alors qu’il était donné gagnant ? Autant de questions qui vont agiter Le Marais pendant quelques semaines, avant que la polémique ne soit chassée par une autre.

Le choix de Bernard Blistène n’est pas totalement injustifié. Agé de 58 ans, Bernard Blistène a fait une grande partie de sa carrière au Centre Pompidou. Il y entre en tant que conservateur en 1984, avant de diriger les musées de Marseille de 1990 à 1997. Il revient au Centre en 1997 en tant que directeur adjoint du Musée national d’art moderne pour s’en éloigner de 2002 à 2009 pour un passage à l’inspection générale du ministère de la Culture. Il était revenu au Centre en 2009. Pour Max Hollein, interrogé par le JdA peu après l’annonce de la nomination de Bernard Blistène : « Je trouve qu’il s’agit d’un très bon choix, j’ai beaucoup de respect pour Bernard Blistène et j’apprécie ses décennies de travail curatorial. Nous nous connaissons depuis plusieurs années, et je me réjouis qu’il soit le nouveau directeur du MNAM ».

Si Bernard Blistène ne va sans doute pas faire d’ombre à Alain Seban, il va lui falloir maintenant tenter de ressouder une équipe scientifique démobilisée, à commencer par Catherine Grenier, dont c’est le troisième échec. Son projet pour le Centre Pompidou-Alma n’avait pas été retenu, de même que sa candidature à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts.

On attend maintenant de connaître le projet du nouveau directeur du MNAM et de le comparer aux 8 autres. Une obligation morale pour un ministère qui veut jouer la transparence.

Légende photo

Bernard Blistène - Directeur du Musée national d'art moderne - © Frédéric Marigaux pour L'oeil - 2009

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque