Lundi 16 décembre 2019

Restitutions

Restitution à l'Irak de milliers d'antiquités exportées illégalement

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 3 mai 2018 - 309 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Les autorités américaines ont formellement rendu mercredi au gouvernement irakien quelque 3 800 objets de l'ère mésopotamienne importés illégalement aux Etats-Unis par Hobby Lobby, une chaîne de magasins de décoration.

La boutique de décoration américaine Hobby Lobby située en Floride, aux Etats-Unis
La boutique de décoration américaine Hobby Lobby située en Floride, aux Etats-Unis
Photo Michael Rivera, le 31 mai 2014

Les objets incluent de nombreux sceaux-cylindres et des tablettes rédigées en écriture cunéiforme, provenant pour beaucoup de la ville mésopotamienne d'Irisagrig et datant d'une période allant de 2100 à 1600 avant Jésus-Christ, ont indiqué les douanes américaines dans un communiqué. Le contenu des tablettes est essentiellement juridique et administratif, même s'il y a aussi une collection importante de tablettes religieuses.

Tous les objets ont été remis à l'ambassadeur d'Irak aux Etats-Unis Fareed Yasseen, lors d'une cérémonie organisée par le bureau américain des douanes. "Ces pièces sont très importantes pour nous et doivent être rapportées en Irak, à leur propriétaire de droit", a déclaré l'ambassadeur. L'Irak est "l'un des berceaux de la civilisation", a souligné le procureur fédéral de Brooklyn, Richard Donoghue. "Nous sommes fiers d'avoir joué un rôle dans le retrait de ces pièces du marché noir des antiquités".

En juillet 2017, la chaîne Hobby Lobby, basée dans l'Oklahoma, dans le sud des Etats-Unis, avait accepté de restituer quelque 5 000 d'objets de l'époque mésopotamienne illégalement importés, et d'acquitter une amende de 3 millions de dollars. Après un voyage aux Emirats arabes unis en 2010, son président-fondateur, David Green, qui a créé son propre musée, avait signé un accord pour acquérir des milliers d'antiquités pour 1,6 million de dollars. Les pièces étaient arrivées en plusieurs livraisons, étiquetées de façon trompeuse, prétendant qu'il s'agissait de "carreaux de céramique" ou d'échantillons de "carreaux d'argile", originaires de Turquie ou d'Israël et non d'Irak, avait alors indiqué le procureur.

Cette restitution à l'Irak est la sixième organisée par les douanes américaines. Entre 2008 et 2015, les Etats-Unis avaient déjà procédé à cinq opérations restitutions portant sur quelque 1 200 objets au total, ont précisé les douanes.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque