Dimanche 16 février 2020

Musée

Ouverture du procès intenté contre la Tate Modern par des voisins mécontents

Par Elise Kerner-Michaud · lejournaldesarts.fr

Le 15 novembre 2018 - 344 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

Cinq résidents d’un immeuble de luxe poursuivent le musée londonien dont une terrasse fait face à leurs appartements.

La terrasse de l'extension de la Tate Modern face à une des 4 tours en verre du complexe immobilier Neo Bankside
La terrasse de l'extension de la Tate Modern face à une des 4 tours en verre du complexe immobilier Neo Bankside
© Photo Ludosane, 2016

Le litige opposant la Tate Modern à 5 habitants d’un immeuble voisin, qui se plaignent d’être observés par les visiteurs du musée, est désormais jugée devant la Haute Cour de justice de Londres depuis le 2 novembre. L’extension du musée, conçue par le cabinet d’architecte suisse Herzog & de Meuron, permet au public d’accéder, depuis 2016, à une terrasse qui offre une vue panoramique sur Londres et la Tamise. Face au bâtiment se trouve un complexe immobilier de luxe appelé Neo Bankside, dont les façades en verre permettent aux habitants de bénéficier eux-mêmes d’une vue impressionnante. Ces derniers estiment que leur intimité est mise en cause par les visiteurs qui observent et prennent en photo l’intérieur de leurs appartements. 

Vue de la terrasse de la Tate Modern sur les appartmements d'une des 4 tours en verre du complexe immobilier Neo Bankside
Vue de la terrasse de la Tate Modern sur les appartements d'une des 4 tours en verre du complexe immobilier Neo Bankside
© Photo Ludosane, 2016

Les plaignants réclament la fermeture de la partie de la terrasse depuis laquelle leurs logements sont visibles. La direction de la Tate Modern a de son côté rappelé que le problème pouvait être réglé par la simple présence de rideaux. Il est vrai que les très fortunés résidents mettent un point d’honneur à ne pas mettre de rideau afin d’exhiber leurs intérieurs aussi luxueux les uns que les autres. Des pancartes appelant au respect de l’intimité du voisinage ont par ailleurs été placées sur la terrasse du musée. 

Visiteurs sur la terrasse de la Tate Modern
Visiteurs sur la terrasse de l'extension de la Tate Modern
© Photo Ludosane, 2016

La parole est désormais aux avocats des deux parties. Le site Hyperallergic rapporte que Tom Weekes, avocat des résidents de NEO Bankside, a cité un de ses clients déclarant que celui-ci avait compté jusqu’à 84 visiteurs prenant des photos en moins d’une heure et demie et qu’il avait « découvert une image de lui sur une publication Instagram suivie par 1027 followers ». De son côté, Guy Fetherstonhaugh qui défend la Tate Modern, a répété que des rideaux semblaient une solution évidente. Il a ajouté que l’extension du musée avait largement contribué à renforcer la valeur des biens du quartier, et que les habitants ne pouvaient pas sélectionner exclusivement ce qu’ils voulaient parmi l’ensemble des éléments attractifs du quartier. 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque