Vendredi 28 février 2020

Berlin - Les musées toujours en chantier

Les musées de Berlin toujours en travaux

Les rénovations entreprises depuis les années 1990 dans les institutions muséales de la capitale allemande n’en finissent pas, entraînant de nombreuses fermetures

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · Le Journal des Arts

Le 16 septembre 2014 - 838 mots

Les musées berlinois ont été victimes de la guerre froide et d’un manque cruel de moyens après la réunification. Nombre d’institutions sont aujourd’hui en travaux pour réhabilitation, entraînant la fermeture complète ou partielle des espaces. En outre, le Parlement allemand doit trancher sur la création d’un « musée du XXe siècle ».

BERLIN - Alors que Berlin s’apprête à fêter les 25 ans de la chute du Mur, on aurait pu imaginer que les chantiers emblématiques de la capitale allemande dans les années 1990 seraient enfin terminées. Il n’en est rien : grues, palissades et échafaudages défigurent toujours la ville, en raison de réhabilitation d’infrastructures, de construction d’immeubles de luxe, du prolongement d’une ligne de métro… Sans parler de projets tels que le grand aéroport de Berlin, dont l’ouverture ne cesse d’être repoussée.

Les musées berlinois ne font pas exception, à commencer par les Musées étatiques de Berlin, gérés par la Fondation du patrimoine culturel de Prusse (SPK). La SPK a entamé un ambitieux « Masterplan » de rénovation de l’Île aux Musées. Après la réouverture du Neues Museum en 2009, fermé pendant soixante-dix ans car partiellement détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est au tour du Pergamonmuseum de bénéficier d’importantes rénovations, pour un coût de 385 millions d’euros. Des fermetures partielles en plusieurs étapes, qui ont commencé en 2012 et s’achèveront en 2025-2026, lui permettront de rester ouvert au public pendant les travaux. Mais la fermeture partielle de l’aile nord fin 2012 a déjà provoqué une baisse de fréquentation du musée qui accueille le plus de visiteurs dans la capitale (1 410 000 visiteurs en 2012, 1 260 000 en 2013). À partir du 28 septembre prochain, la principale attraction du musée, l’imposant vestige de l’autel de Pergame, ne sera plus accessible au public avant 2019, ce qui peut laisser craindre une nouvelle baisse de fréquentation.

La Neue Nationalgalerie, qui abrite la collection d’art du XXe siècle, fermera quant à elle ses portes à la fin de l’année, avec une réouverture prévue en 2019. Le superbe bâtiment conçu par Mies van der Rohe n’avait pas subi de rénovation de fond depuis son ouverture en 1968. Une importante remise en état est à prévoir, sous la direction de l’architecte David Chipperfield. La nature des travaux et les coûts associés ne pourront toutefois pas être déterminés avant la fermeture du bâtiment au public. Pendant cette période, la collection fera l’objet d’expositions temporaires organisées dans la Hamburger Bahnhof à Berlin, et sera également confiée en prêt pour des expositions en Allemagne et à l’étranger.

Réouverture en 2019
Le Musée Berggruen avait rouvert ses portes en grande pompe en mars 2013, après deux ans de travaux, afin de permettre la construction d’une annexe dans un nouveau bâtiment, projet qui a coûté 6,48 millions d’euros. Las ! Dès octobre 2013, des problèmes d’humidité et la découverte de moisissures ont conduit à la fermeture de l’annexe. Les Musées étatiques de Berlin ont affirmé que les œuvres de la collection, principalement des œuvres sur papier très fragiles de Paul Klee, Picasso et Cézanne, n’ont pas été endommagées. L’analyse des dégâts par un expert mandaté par un tribunal est encore en cours. Le coût des réparations n’a toujours pas été estimé et la date de réouverture (initialement prévue cet automne) n’a donc toujours pas été fixée. Une partie de la collection reste accessible au public dans le bâtiment principal et dans le jardin Bettina-Berggruen du musée.

Ces différentes fermetures partielles ou totales interviennent alors que le débat sur la réorganisation des musées de Berlin, et notamment sur la création d’un nouveau « musée du XXe siècle », n’est toujours pas tranché, dans l’attente d’une décision du Bundestag, le Parlement allemand. La construction du château de Berlin suit par ailleurs son cours, avec une inauguration prévue en 2019. Le château abritera les collections extra-européennes des Musées étatiques de Berlin.

Les rénovations ne sont pas l’apanage des musées gérés par la SPK, puisque la Berlinische Galerie, musée d’art moderne et contemporain du Land de Berlin, a fermé ses portes le 1er juillet afin de remplacer les systèmes de protection incendie et de câblage. Le bâtiment, une ancienne verrerie, avait été rénové il y a dix ans pour accueillir le musée. Le directeur de la Berlinische Galerie, Thomas Köhler, suppose que, faute de budget, ce n’est « probablement pas le meilleur matériel qui a été utilisé ». Il espère que les travaux seront achevés à temps pour célébrer les 40 ans de l’institution en 2015. La fermeture devait durer six mois, mais a déjà été prolongée jusqu’au printemps prochain.

Aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, la Ville de Berlin paye pour la négligence de ses institutions culturelles, négligence en grande partie due à la guerre froide, puis à un manque cruel de moyens après la réunification. Mais elle est aussi confrontée à des défauts de construction (lire ci-dessous) et prolongations de chantiers en série, à l’instar de l’opéra de Berlin-Est, le Staatsoper, hébergé provisoirement dans le Schiller Theater. Il rouvrira ses portes fin 2015, avec deux ans de retard.

Légende photo

Le Museum Berggruen, à Berlin-Charlottenburg. © Staatliche Museen zu Berlin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°419 du 19 septembre 2014, avec le titre suivant : Les musées de Berlin toujours en travaux

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque