Jeudi 13 décembre 2018

Musée

Les musées britanniques peuvent maintenant se faire rembourser une partie de leurs coûts d’exposition

Par Ida Simon · lejournaldesarts.fr

Le 20 avril 2017 - 215 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [20.04.17] – Inscrite dans le projet de loi de finances 2017, la mesure vient d’entrer en vigueur. Les lieux organisant des expositions peuvent ainsi récupérer jusqu’à 118 000 € sur les coûts de production.

Depuis le 1er avril, les musées britanniques peuvent obtenir le remboursement d’une partie du coût de leurs expositions. Cette disposition de la loi de finances britannique 2017 a pour objectif d’encourager les lieux organisant des expositions, gratuites ou payantes, à étoffer leur programmation destinée au grand public.

Dans la pratique c’est une aide directe aux musées, mais aussi bibliothèques, universités, ou demeures historiques qui organisent des expositions permanentes ou temporaires.

L’allègement fiscal est applicable à la hauteur de 25 % pour les expositions itinérantes et 20 % pour les autres. Pouvant aller jusqu’à 80 % des dépenses totales du projet, il est limité à 500 000 livres sterling (590 000 euros). Les musées éligibles pourront donc réclamer jusqu’à 100 000 livres sterling (118 000 €) si leur exposition est présentée dans un autre lieu, 80 000 livres sterling (94 000 €) le cas contraire.

Si le lieu organisateur de l’exposition ne paye pas d’impôt sur les sociétés, il peut obtenir directement le remboursement auprès de l’administration fiscale.

Le gouvernement réexaminera cette mesure deux ans avant qu’elle n’arrive à son terme le 31 mars 2022.

Légende photo

Vue d'une salle d'exposition, Tate Britain, à Londres. © Tate Britain

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque