Mercredi 13 novembre 2019

Musée

Les directeurs des musées nationaux italiens se plaignent de leur salaire « indécent »

Par Doriane Lacroix Tsarantanis · lejournaldesarts.fr

Le 19 mars 2012 - 327 mots

ROME (ITALIE) [19.03.12] – Les directeurs de certains prestigieux musées italiens ont décidé de participer à l’opération « Transparence » lancée par Mario Monti. Ils ont dévoilé leurs salaires dans une lettre ouverte, mettant en évidence la grande disparité entre leurs revenus et ceux des hauts fonctionnaires.

Les directeurs d’institutions culturelles aussi prestigieuses que les Offices à Florence ou la Galerie Barberini à Rome, sont indignés et tiennent à le faire savoir. Ils ont envoyé une lettre ouverte à Mario Monti, mettant en évidence leurs faibles salaires comparés à ceux de certains fonctionnaires ou dirigeants d’entreprise.

La rémunération des archéologues, historiens de l’art, restaurateurs, architectes ou directeurs de musées, s’élève en moyenne à deux mille euros par mois, c’est-à-dire quatre fois moins que celle d’un employé du Sénat italien. Autre comparaison, ces revenus ne correspondent même pas à la moitié du salaire annuel d’un directeur de musée en Espagne, estimé à 60 000 euros. Plus spécifiquement, Antonio Natali, qui dirige depuis 1980 les Offices de Florence (abritant des œuvres de Botticelli, Léonard de Vinci ou Michel-Ange entre autres), perçoit 1 890 euros par mois, un salaire qu’il considère «  indécent pour une nation civilisée ». Le directeur du musée florentin, qui en 2011 a accueilli plus de 1 760 000 visiteurs, explique qu’il « n'aime pas les comparaisons avec les dirigeants d'entreprise ou les autres musées du monde » mais que « le Musée des Offices, étant donné le rapport entre le nombre de visiteurs et la surface d’exposition, doit se trouver à la première place au niveau international », ce qui rend le contraste encore plus saisissant.

La lettre ouverte adressée au gouvernement a également été signée par Anna Lo Bianco, directrice de la Galerie nationale d’art antique, ou Anna Coliva, directrice de la Galerie Borghèse, ainsi que d’autres directeurs scandalisés par le manque de considération dont l’État fait preuve à leur égard. Ils déclarent ainsi : « nous voudrions savoir ce que pensent le président du Conseil Monti et le ministre Severino, qui affirment justement que l’argent est la juste rétribution du mérite ».

Légende photo :

Vue du piazzale de la Galerie des Offices vers le Palazzo Vecchio - © Photo : Chris Wee - 2006 - Licence CC BY 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque