Archéologie

L’effondrement d’un réservoir serait à l’origine de la renaissance d’Angkor 

Par Jinane Dolbec · lejournaldesarts.fr

Le 3 mars 2020 - 484 mots

ANGKOR / CAMBODGE

Des études ont montré qu’une inondation du site de Koh Ker aurait poussé l’empire khmer à retourner à Angkor avant son essor. 

Vue du site d'Angkor Vat. © Photo Jean-Pierre Dalbéra, 2011, CC BY 2.0.
Vue du site d'Angkor Vat.

Une équipe d’archéologues est parvenu à expliquer pourquoi l’empire khmer avait abandonné Angkor  pendant une vingtaine d’années au profit du site de Koh Ker, pour finalement y retourner et y demeurer pendant plusieurs siècles. La raison ? L’effondrement d’un réservoir d’eau.

Le site d’Angkor, dont le nom est dérivé du terme sanskrit « nagara » qui signifie « ville royale », fut occupé dès la préhistoire, sa position étant très favorable car au bord d’un immense lac poissonneux de 3000 km2. C’est sur les berges de ce grand lac, dans la plaine du Cambodge bordée de montagnes, que se développa du IXe siècle au XVe siècle une immense cité.

Mais en 928, la capitale est abandonnée pendant une vingtaine d’années pour des raisons inconnues et la population se déplace à Koh Ker, à une centaine de kilomètre au nord-est d’Angkor. Cette période est liée au règne de Jayavarman IV, qui aurait remis en question la domination des dirigeants d’Angkor.

En 944, le roi Rajendravarman ramène le siège de la royauté à Angkor, qui demeurera la capitale de l’empire khmer jusqu’à son déclin, et où de nombreux temples exceptionnels seront édifiés, dont Angkor Vat, le célèbre temple-montagne vishnuite construit sous le règne de Suryavarman II.

Ces dernières années, des archéologues comme Sarah Klassen, directrice du the Koh Ker Archaeological Project, ont commencé à utiliser de nouvelles technologies afin d’en apprendre davantage sur le puissant empire khmer.

Une étude publiée récemment dans la revue Geoarchaeology a démontré que la politique n’était pas le seul facteur des déplacements de la capitale khmère. Un réservoir d’eau essentiel à l’agriculture sur le site de Koh Ker se serait effondré, au moment où la cour est retournée à Angkor.

En 2012, Klassen et son équipe ont effectué des relevés grâce à la télédétection par laser à Koh Ker et à Angkor afin de cartographier les ruines, y compris une zone près d’un grand réservoir où un effondrement aurait permis à l’eau de s’écouler vers une rivière à proximité. Une digue se serait brisée et un radar leur a permis de constater en 2016 que des blocs construits pour limiter l’écoulement de l’eau étaient érodés.

Selon eux, ces incidents feraient parti d’un seul événement qui aurait causé d’importantes inondations, endommageant grièvement les terres agricoles. Bien qu’il soit impossible de déterminer la date exacte de cette inondation, le système de réservoir semble avoir été construit sous le règne de Jayavarman IV, et s’être effondré dès la première ou la deuxième saison des pluies après son remplissage.

Si l’effondrement s’est produit avant le déménagement, il expliquerait alors l’abandon de Koh Ker en tant que capitale et le retour de la population à Angkor. Sans cet incident, les grands trésors que sont les temples Angkor Vat, du Bayon et de Ta Prohm n’auraient peut-être jamais vu le jour.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque