Mercredi 19 janvier 2022

Musée

Le Musée des beaux-arts de Chartres adopte le « ticket mécène » développé par la ville de Bordeaux

Par Séverine Petit · lejournaldesarts.fr

Le 13 mars 2015 - 541 mots

BORDEAUX (AQUITAINE) [13.03.15] – Alors que le CAPC de Bordeaux en est à sa deuxième opération « ticket mécène », le conseil municipal de la ville a approuvé l’utilisation de la marque, déposée à l’INPI, par le Musée des beaux-arts de Chartres.

Les membres du conseil municipal de la ville de Bordeaux ont confirmé en mars dernier la concession du droit d’usage de la marque « ticket mécène » à la ville de Chartres à titre gratuit. Presque inédit lors de sa mise en place en 2013 afin de soutenir l’acquisition d’une œuvre par le CAPC-Musée d’art contemporain, le « ticket mécène » en est à sa deuxième édition dans la capitale girondine et sera donc désormais également utilisé par le Musée des beaux-arts de Chartres.

Déposée à l’INPI en février 2013 par l’équipe du CAPC et notamment Thomas Boisserie qui en est l’initiateur, la marque « ticket mécène » a reçu dès juillet 2013 le prix de l’innovation dans le mécénat de l’Association françaises des Fundraisers. Le principe, annoncé dès l’entrée du CAPC, est simple mais inédit : « en complément du billet d’entrée, vous pouvez faire un don de 3€ minimum qui permettront de contribuer à l’acquisition d’[une] œuvre par le musée. » L’idée est clairement de faire du visiteur un « acteur de l’enrichissement de [la] collection [du musée] et de son patrimoine ». En contrepartie, il reçoit un magnet de l’œuvre et est convié aux différents évènements autour de celle-ci.

Le succès de l’opération est indéniable. En six mois le CAPC a réuni la somme nécessaire à l’acquisition d’Understanding through peace de Nicolas Garait-Leavenworth, acheté à la galerie bordelaise Cortex Athletico. Sur les 12 000 euros que représentait l’œuvre, la galerie a consenti une remise de 2000 euros, l’opération ticket mécène a permis de récolter 5000 euros et les amis du musée, qui s’y étaient engagés, ont également participé à hauteur de 5000 euros. Une deuxième édition a été lancée en septembre 2014.

Alors que le Musée Rodin n’a pas cherché à s’inscrire dans la continuité du musée bordelais pour son opération « 1 euro pour 1 Rodin » en 2014, Chartres, via la voix de Philippe Bihouée des affaires culturelles, cité par Rue89 Bordeaux a reconnu que « l’idée [était] très bonne et [que] sa paternité [revenait] au musée du CAPC. » La ville de Chartres a donc adressé une demande officielle de droit d’usage, à laquelle Bordeaux a tout de suite répondu favorablement mais de manière informelle avant d’officialiser l’accord de concession pour cinq ans de la marque, à titre gratuit, en conseil municipal. Seule obligation, Chartres doit mentionner que le mécanisme a été créé à Bordeaux et plus particulièrement au CAPC.

Reste que si le système et le nom sont les mêmes, l’objectif de la campagne diffère à Chartres. Le « ticket mécène » n’a pas pour but de financer l’acquisition d’une œuvre mais de restaurer un des chefs d’œuvre du musée, Métabus, roi des Volsques, un grand format que Léon Coignet réalise lors de son séjour à Rome en 1825. La participation, en sus des 3 euros 40 que coute le billet d’entrée, est libre. Ce sont en tout près de 17 000 euros que le Musée des beaux-arts de Chartres doit réunir.

Légende photo

Façade côté jardin du Palais épiscopal, actuel Musée des beaux-arts - Chartres. Construction : 13e siècle; 17e siècle; 18e siècle. - © Photo Selbymay - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque