Mercredi 28 octobre 2020

Musée

Des pistes pour accroître l’autofinancement des grands opérateurs culturels

Par David Robert (Correspondant à Rio de Janeiro) · lejournaldesarts.fr

Le 8 juillet 2015 - 930 mots

PARIS [08.07.15] - Dans un rapport sur la politique de ressources propres des opérateurs culturels de l’Etat, l’IGF et l’IGAC notent une hausse modérée de l’autofinancement depuis 2004. Les auteurs formulent notamment des recommandations sur les prix et questionnent la profitabilité du mécénat.

Tout est passé au crible : billetterie, éditions, produits dérivés, locations d’espace, mécénat, valorisation du domaine, activités annexes, produits financiers… Les inspecteurs de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale des affaires culturelles (IGAC) ont analysé et critiqué toutes les lignes de la comptabilité de 33 grands opérateurs relevant du ministère de la Culture. Dans un contexte de contraction des moyens publics, ce rapport très fourni, rendu en mars et publié mercredi 1er juillet, décrit le changement de paradigme et développe trente « scénarios » pour aider les musées, théâtres et opéras, à accroître leur autofinancement.

Le rapport confirme d’abord les fortes disparités entre les grands établissements qui ont mis en œuvre une politique volontariste de ressources propres, et les institutions de moindre envergure. En tenant compte de l’augmentation des charges, le taux de ressources propres de fonctionnement (TRPF) des opérateurs culturels de l’État n’a que modérément progressé entre 2004 et 2013 en passant de 37,5 % à 43,6 % à périmètre constant. Un très grand écart existe entre les deux extrêmes, puisque le Musée de Saint-Germain-en-Laye plafonne à 1,4 % quand le Musée Rodin est incontestablement le bon élève budgétaire, avec un TRPF de 96,7 %. Les autres organismes au-dessus de la moyenne de 43,6 % sont la RMN-GP, le domaine de Chambord, le Château de Versailles, le Centre des Monuments Nationaux, le Louvre, le Musée d’Orsay, le Palais de Tokyo, l’Opéra de Paris et les Arts Décoratifs. Ces institutions (on remarquera l’absence du Centre George Pompidou), par leur notoriété, ont d’importantes recettes de billetterie, mais captent aussi une bonne part du mécénat : Versailles (14,3 millions d’euros), le Louvre (11,4) et l’Opéra de Paris (8,7). Versailles touche beaucoup de redevances (5,6). L’Opéra bénéficie par ailleurs des recettes liées aux visites (2,8), la RMN-GP de la location du Grand Palais (7,2) et Orsay de ses expositions clés en main (entre 1,5 et 2 millions d’euros par an).

Sur l’ensemble du périmètre, la billetterie représente 44,5 % des ressources propres en 2012-2013, en augmentation en volume (visiteurs) et en valeur (prix). Le prix moyen pondéré du billet plein tarif est en hausse de 41,5 % sur la période 2004-2013 (21,4 % au-delà de l’inflation). Quant au prix moyen payé par visiteur (en comptabilisant les tarifs réduits et les entrées gratuites), il a augmenté de 28,4 % soit 10,1 % au-delà de l’inflation. Pour les auteurs du rapport, la politique tarifaire doit être davantage décloisonnée : faire plus payer les visiteurs disposant de revenus élevés et les touristes, garder les tarifs avantageux pour les publics véritablement éloignés, afin d’éviter les effets d’aubaine.

Après les recettes de billetterie, seuls les revenus tirés de la valorisation des espaces et des collections (locations, redevances, expositions clés en main, 23,2 %) et le mécénat (12,8 %) « contribuent systématiquement à l’équilibre financier des établissements ».

Par ailleurs, pour les auteurs du rapport, « ces résultats posent la question du maintien et du développement [des] activités à l’équilibre financier fragile lorsqu'il n'apparaît pas qu'elles participent significativement aux missions de service public de l'établissement ». Dans le viseur, les auditoriums des grands musées : pour le Louvre, l’activité représente isolément un déficit net de 6,6 millions d’euros. Le chiffre est peu parlant à moins de considérer le coût de fonctionnement par visiteur : un visiteur de la collection permanente coûte ainsi au Louvre 9 € ; celui d’une exposition temporaire 14 € ; pour l’auditorium (certes, avec un billet plus cher) il monte à 107 € ! Le modèle économique de l’auditorium est ainsi largement remis en question, puisque l’étude des publics montre qu’en moyenne, celui-ci est moins diversifié que celui des expositions et collections. Le rapport est presque comparable pour le Quai Branly (13 € par visiteur pour la visite des collections, 11 € pour les expositions, 73 € pour l’auditorium) et le Musée d’Orsay (respectivement 10, 3 et 63 €).

Enfin, les auteurs vont à l’encontre d’une idée reçue en notant la faible profitabilité du mécénat pour l’opérateur. D’une part, les coûts fiscaux et les charges liées (équipes dédiées à la recherche de mécènes) affaiblissent sa marge nette. D’autre part, la monopolisation des espaces au titre des contreparties empêche de développer des activités plus rentables, notamment la location. Il apparaît dans deux cas étudiés que, « l'effet de levier attendu de la dépense fiscale est négatif si l'on impute les coûts administratifs associés et les contreparties accordées » ! En privilégiant a priori d’autres sources de financement, les auteurs posent ainsi les limites économiques de la loi Aillagon.

Note

Sur les 36 établissements listés, les 33 premiers de la liste ci-dessous ont répondu pleinement aux questionnaires. Certaines données n’ont été agrégées que pour le « périmètre restreint de l’étude », consacré aux 17 plus importants (taille et budget) :

Bibliothèque nationale de France, Centre Georges Pompidou, Château de Fontainebleau, Château de Malmaison, Château de Versailles, Cité de la céramique - Sèvres et Limoges, Cité de la Musique, CMN, Comédie-Française, Domaine national de Chambord, Grande Halle de la Villette, INA, Les Arts décoratifs, Mobilier national, Musée d'archéologie de Saint-Germain, Musée des arts asiatiques Guimet, Musée d'Orsay, Musée du Louvre, Musée du moyen-âge de Cluny, Musée du quai Branly, Musée Gustave Moreau, Musée Picasso, Musée Rodin, Musées nationaux du XX° siècle, Odéon-Théâtre de l'Europe, Opéra comique, Opéra national de Paris, Palais de Tokyo, RMN-Grand Palais, Théâtre national de la Colline, Théâtre national de Chaillot, Théâtre national de Strasbourg, Universcience - Château d'Ecouen, Palais de Compiègne, Cité de l'architecture et du patrimoine.

Légende photo

Rodin (1840-1917), Le Penseur (1882) - musée Rodin à Paris © photo Ludosane

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque