Dimanche 19 janvier 2020

Politique

PATRIMOINE

Le « Loto du patrimoine »… et les autres mesurettes

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 29 novembre 2017 - 545 mots

La ministre de la Culture a présenté un plan pluriannuel en 15 points pour le patrimoine qui manque un peu de souffle.

Paris. La « stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine », présentée le 17 novembre par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, ne serait-elle qu’un simple emballage pour faire passer le « loto du patrimoine », une mesure d’importance suggérée par l’animateur de télévision Stéphane Bern ? On pourrait le croire à lire les quatorze autres mesures. Certaines sont déjà en œuvre comme l’expérimentation de l’aide aux communes qui veulent revitaliser leur centre-ville ; d’autres relèvent de l’Europe tel le projet de réglementation des importations d’œuvres d’art ou le futur « Grand Tour » européen, qui serait en quelque sorte le « Top 100 » (le chiffre n’a pas été indiqué) des sites patrimoniaux à visiter dans toute l’Europe. D’autres annonces encore n’ont pas tout à fait leur place dans ce plan, comme la création d’une cellule pour répondre aux appels d’offres de prestations de services pour de nouveaux musées (mais n’est-ce pas la mission de France-Muséums ?).
 

326 millions d’euros en 2018 (contre 400 millions en 2010)

Certes des dispositifs nouveaux vont faciliter la vie de leurs bénéficiaires. Ainsi les propriétaires de biens protégés ne se présenteront plus qu’à un simple guichet – au lieu de quatre – pour obtenir des financements. Les jeunes intéressés par les métiers de la restauration du patrimoine pourront bientôt consulter un site en ligne répertoriant les formations. Les personnes handicapées connaîtront les conditions d’accessibilité des lieux patrimoniaux sur leurs sites Web. Et les touristes pourront mieux se repérer entre les différents labels, « Ville et Pays d’art et d’histoire », « Maisons des illustres » – qui vont être fusionnés sous le même nouveau label de « Patrimoine de France ».

Mais à la fin des fins, le patrimoine a surtout besoin d’argent pour être entretenu. La ministre s’est engagée à pérenniser sur cinq ans la dotation de 326 millions d’euros du patrimoine monumental, un chiffre qu’elle présente en hausse de 5 % par rapport à 2017, en contradiction avec les montants communiqués au Parlement. Rappelons que ce budget était encore de 400 millions d’euros en 2010. Pour autant, en l’absence d’information sur la ventilation de ce budget entre grands travaux (les schémas directeurs de Versailles ou de Fontainebleau), travaux moindres (les cathédrales) ou travaux pour le petit patrimoine, il est difficile de comparer le budget 2018 aux précédents. La ministre a ainsi annoncé un fonds spécifique de 15 millions d’euros pour le patrimoine inscrit ou classé dans les petites communes sans indiquer quel était, même approximativement, ce montant lors des années précédentes.

Reste donc ce tirage spécial du loto prévu à l’occasion des Journées du patrimoine, en septembre. Mais est-ce vraiment le jackpot ? Le Loto rapporte à l’État près de 530 millions d’euros par an. Sachant que 156 tirages sont effectués chaque année, un tirage rapporte donc 3,5 millions d’euros. Pour augmenter les paris, il faudrait que la Française des jeux dépense beaucoup d’argent en publicité, ce qui viendrait en déduction des recettes. Opportunément, François de Mazières, le maire de Versailles, grand partisan d’un « loto du patrimoine », suggère que le gouvernement ne baisse pas sa dotation aux communes « qui acceptent de faire un effort pour rénover le patrimoine ». Il faudrait que Stéphane Bern fasse sienne cette idée.

 

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°490 du 1 décembre 2017, avec le titre suivant : Le « Loto du patrimoine »… et les autres mesurettes

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque