Monument

Le fort de Brégançon quitte le giron du CMN

Par Margot Boutges · lejournaldesarts.fr

Le 15 mai 2018

BORMES-LES-MIMOSAS

Le fort de Brégançon était ouvert à la visite depuis quelques années, il est redevenu un lieu de vacances présidentielles.  

Le fort de Brégançon
Vue depuis la mer du fort de Brégançon (Bormes-les-Mimosas, Var)
Photo Patrub01

« Le Centre des Monuments Nationaux ne gère plus le fort de Brégançon », a confirmé l'opérateur culturel au Journal des Arts.

En 2013, François Hollande avait annoncé que la gestion du fort de Brégançon, lieu de villégiature emblématique des présidents de la Ve République, serait confiée au CMN, tout en se réservant le droit d'utiliser le fort pour quelques rencontres officielles. Une décision s'inscrivant alors dans la volonté du président de réduire de 2 % les dépenses du train de vie de l'Elysée et d'ouvrir au plus grand nombre un lieu délaissé par Nicolas Sarkozy. 

Après quelques travaux (notamment de mise en sécurité de la route et des espaces), l'édifice fiché sur un piton rocheux avait ouvert au public à l'été 2014. Lors de visites guidées à la belle saison, ils ont été 55 000 visiteurs en 2014, 30 000 en 2016 et 23 500 en 2017 à découvrir ce fort médiéval, en partie transformé en résidence provençale dans les années 1960. 

Cette ouverture au public aura été de courte durée. Depuis 2017, Emmanuel Macron avait marqué son désir de refaire de Brégançon un lieu de vacances présidentielles et de travail. Le site ne devrait donc pas conserver sa destination touristique en 2018 alors que le CMN a été remercié. Le couple Macron a passé le week-end du 12 et 13 mai au fort où il devrait séjourner à nouveau au cours de l'été.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque