« Le Chêne de Flagey » de Courbet est de retour dans le Doubs

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 12 mars 2013 - 415 mots

ORNANS (DOUBS) [12.03.13] – Après avoir réussi à réunir les 4 millions d’euros nécessaires, le Doubs vient de retrouver « Le Chêne de Flagey » de Gustave Courbet. Expatrié pendant 120 ans, le tableau est désormais exposé au musée d’Ornans grâce notamment aux particuliers et aux entreprises qui ont apporté les deux tiers des fonds demandés.

Gustave Courbet (1819–1877) - Le Chêne de Flagey (Le Chêne de Vercingétorix) (1864) - Huile sur toile - 110 x 89 cm
Gustave Courbet (1819–1877) - Le Chêne de Flagey (Le Chêne de Vercingétorix) (1864) - Huile sur toile - 110 x 89 cm

Samedi 9 mars 2013, le Doubs et la ville d’Ornans ont retrouvé Le Chêne de Flagey, tableau peint par Gustave Courbet en 1864, qui représente un paysage local. Très attaché à sa terre natale, le peintre s’en est souvent inspirée et aurait peut-être vu d’un mauvais œil que cette toile demeure aux États-Unis ou au Japon, pays où elle a séjourné depuis son départ de France à la fin des années 1880. « La soeur du peintre, Juliette, voulait déjà que ce tableau, véritable métaphore des liens de Courbet avec sa terre natale, devienne l’une des oeuvres emblématiques du musée qu’elle rêvait de créer pour son frère », a expliqué Marie-Christine Labourdette, directrice des musées de France.

Le précédent propriétaire, Michimasa Murauchi, est un industriel japonais qui collectionne notamment des œuvres du XIXe siècle français, signées des plus grands maîtres : Renoir, Monet ou encore Millet. Lorsqu’il prend la décision de vendre Le Chêne de Flagey, le Conseil général du Doubs se manifeste et lance une souscription publique en mars 2012 afin de réunir des fonds. Et cette mise à contribution du public, des mécènes et des entreprises, fonctionne : 2 millions d’euros sont déjà réunis en juillet 2012, puis 3 millions en octobre.

Sur les 4 millions d’euros finalement atteints, 2,7 ont été obtenus de 1500 particuliers et de 41 entreprises ; parmi ces dernières, le fabricant de jouets jurassiens Smoby a offert à lui tout seul un million d’euros. Le reste a été fourni par l’État et les collectivités locales. Ce mode d’acquisition fait donc ses preuves ; Marie-Christine Labourdette, qui salue une « mobilisation exceptionnelle » des donateurs locaux, ajoute que « cette souscription publique est une démarche novatrice et ambitieuse, de par la renommée de l’artiste et la valeur de l’œuvre ».

Rouvert en juillet 2011, le Musée Gustave Courbet, qui depuis a attiré plus de 120 000 visiteurs, dont 40 000 durant les deux premiers mois, espère que cet achat va donner un nouvelle élan à son attractivité, le tableau étant désigné désormais par Claude Jeannerot, président (PS) du Conseil général du Doubs, comme étant « l’œuvre emblématique » des collections d’Ornans. (Avec AFP)

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque