Vendredi 13 décembre 2019

Monument

La mairie et la société d’exploitation démentent un projet de végétalisation de la Tour Eiffel

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 2 décembre 2011 - 373 mots

PARIS [02.12.11] - Le projet de recouvrir, dès juin 2012, la Tour Eiffel d’un rideau de verdure, dévoilé par Le Figaro, le 30 novembre 2011, a été démenti par la mairie de Paris et la SETE (Société d’exploitation de la Tour Eiffel). S’il n’a pas été validé par les autorités concernées, le plan semble néanmoins bien avancé. Ginger, la société initiatrice, y travaille depuis 2 ans et à construit un prototype du monument en banlieue parisienne.

Le Figaro annonçait, le 30 novembre 2011, la végétalisation de la Tour Eiffel pour une durée de 4 ans, un projet mené par la société Ginger. Le journal dévoilait un planning très détaillé avec une pose des plantes sur la structure métallique prévue entre juin 2012 et février 2013. Le jour-même, la mairie de Paris et la SETE (société d’exploitation de la Tour Eiffel) ont démenti l’information. Dans un communiqué la SETE parle d’un « projet farfelu » auquel elle ne veut pas« être associée sous quelque forme que ce soit ». Son président, Jean-Bernard Bros a déclaré à l’AFP avoir eu connaissance de ce dossier mais ne l’avoir ni étudié, ni validé.

Le directeur général de Ginger, Jean-Luc Schnoebelen, également interrogé par l’AFP, a reconnu que le projet émanait de son entreprise. Néanmoins, il maintient en avoir parlé à plusieurs reprises, ces 2 dernières années, à la mairie de Paris et au ministère de l’Ecologie. Un prototype réduit de la Dame de fer, destiné à évaluer la faisabilité de l’installation, a même été construit à Elancourt (Yvelines). Le projet, estimé à 72 millions d’euros prévoirait d’installer 600 000 plantes tout autour de la structure métallique du monument. Les plants seraient disposés dans des poches, maintenues par un maillage en fibre naturelle. Ginger insiste sur le caractère écologique d’une telle démarche, la Tour Eiffel devenant ainsi le symbole du développement durable.

Pour Jean-Bernard Bros, la priorité reste le réaménagement du 1er étage de la Tour Eiffel, orchestré par l’agence d’architecte Moatti-Rivière et qui, lui, commencera réellement en 2012. D’un budget global de 25 millions d’euros, il prévoit la reconstruction des pavillons Eiffel et Férrié, la conception d’un parcours muséographique interactif détaillant l’histoire de la Tour et la création d’un plancher et d’un garde-corps vitrés, permettant aux visiteurs de surplomber le vide.

Légende photo

La Tour Eiffel - 2011 - © photo Ludosane

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque