Mercredi 13 novembre 2019

Mur pour la Paix : Rachida Dati condamnée pour diffamation

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 24 novembre 2011 - 380 mots

PARIS [24.11.11] - La maire du VIIe arrondissement, Rachida Dati, a été reconnue coupable de diffamation envers le couple Halter par le tribunal correctionnel de Paris, le 22 novembre 2011. En mars, elle avait lancé une pétition « pour le respect de la perspective du Champ-de-Mars », demandant le démontage immédiat du Mur pour la Paix. A cette occasion, elle avait accusé le couple Halter de mentir concernant les autorisations d’installation du monument. L’ex-garde des Sceaux compte faire appel de la décision.

Le 22 novembre 2011, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement, à 2 000 euros d’amende avec sursis pour diffamation envers le couple d’artistes Marek et Clara Halter. Elle devra également leur verser 4 000 euros de dommages et intérêts et 3 000 euros pour les frais de justice. Cette décision contredit celle du parquet qui avait requis la relaxe lors de l’audience du 18 octobre 2011. Mais elle est loin de la requête des plaignants qui demandaient 20 000 euros de dommages et intérêts.

Depuis mars 2011, Rachida Dati est partie en croisade contre le Mur pour la Paix, œuvre réalisée par Clara Halter et Jean-Michel Wilmotte et exposée depuis 2000 sur le Champ-de-Mars. Sur le site de la mairie du VIIe arrondissement, elle a écrit une lettre ouverte demandant le transfert du monument, qu’elle considère illégal, dans un autre lieu de la capitale. Elle a aussi accusé les époux Halter, qui assurent avoir obtenu une nouvelle autorisation de 3 ans en 2010, de mensonges. C’est cette dernière affirmation qui a motivé l’action en justice du couple.

Interrogé par Le Parisien, Marek Halter a salué « une belle leçon à la classe politique : ce n’est pas parce qu’on est du côté du pouvoir qu’on peut agresser les gens ». Rachida Dati compte faire appel. Elle a rappelé dans un communiqué transmis à l’AFP, que sa revendication avait été menée « conformément au respect de la loi et à la volonté de nombreux habitants du VIIe arrondissement de Paris » qui jugent que le monument obstrue la perspective classée de l’Ecole Militaire à la Tour Eiffel. Des conciliations sont en cours entre la mairie et les ministères de la Culture et du Développement durable. L’édifice pourrait être déplacé sur un autre site probablement dans le parc de la Villette.

Légende photo

Le Mur pour la Paix sur le Champ-de-Mars à Paris - 2011 - © photo Ludosane

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque