Samedi 14 décembre 2019

Politique

Irak : début de la reconstruction de la célèbre mosquée de Mossoul

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 24 avril 2018 - 437 mots

BAGDAD / IRAK

Les Emirats arabes unis et l'Irak ont donné lundi le coup d'envoi de la reconstruction de la mosquée al-Nouri de Mossoul et de son minaret penché, ravagés en juillet lors des combats pour la reprise de la ville aux jihadistes.

La Grande mosquée al-Nouri à Mossoul en juillet 2017, après la bataille
La Grande mosquée al-Nouri à Mossoul en juillet 2017, après la bataille

Lors d'une cérémonie au Musée national de Bagdad, la ministre émiratie de la Culture Noura al-Kaabi a annoncé que son pays financerait les travaux de reconstruction à hauteur de 50,4 millions de dollars. "Le projet, qui durera cinq ans, ne vise pas seulement à reconstruire la mosquée, le minaret et les infrastructures mais (aussi) à donner de l'espoir aux jeunes Irakiens. La civilisation plusieurs fois millénaire doit être préservée", a-t-elle souligné. L'accord a été signé par Mme al-Kaabi et son homologue irakien Fariad Rawanduzi en présence de la directrice de l'Unesco à Bagdad, Louise Haxthausen.

L'emblématique mosquée al-Nouri et son minaret penché du XIIe siècle -surnommé par les habitants de Mossoul "la bossue" (Al-Hadba) - avaient été détruits en juin 2017, l'armée irakienne accusant le groupe Etat islamique (EI) d'y avoir placé des explosifs.
C'est dans cette mosquée que le "calife" autoproclamé de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, toujours introuvable, avait fait son unique apparition publique connue en 2014.

La ministre émiratie a appelé la communauté internationale "à s'unir pour protéger les sites patrimoniaux universels, en particulier ceux dans notre région arabe, théâtre de conflits, de guerres et du terrorisme".

La mosquée al-Nouri tient son nom de Noureddine al-Zinki, l'unificateur de la Syrie qui régna également un temps sur Mossoul et ordonna sa construction en 1172. Elle a été détruite et reconstruite en 1942 dans le cadre d'un projet de rénovation. Al-Hadba, qui a conservé sa structure pendant neuf siècles, est un des seuls vestiges du bâtiment d'origine. Décoré de motifs géométriques en briques, le minaret était un emblème de la ville, imprimé sur les billets de 10.000 dinars irakiens, avant de devenir aussi un symbole du règne de l'EI lorsque les jihadistes ont planté leur drapeau noir à son sommet, à 45 m de hauteur.

"Il s'agit d'un projet ambitieux, hautement symbolique pour la résurrection de Mossoul et de l'Irak", a expliqué la responsable de l'Unesco. "Le travail a déjà commencé, le site est désormais protégé (...) afin d'éviter toute perte supplémentaire du patrimoine." "La signature va permettre de passer à la vitesse supérieure. Il faut d'abord déminer le site, retirer les gravas, documenter avant de commencer la reconstruction de la mosquée et du minaret (...)", a-t-elle ajouté.

Les forces irakiennes ont repris Mossoul en juillet 2017, après presque neuf mois de combats pour en chasser les jihadistes.

Cet article a été publié le 23 avril 2018 par l'AFP

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque