Vendredi 13 décembre 2019

Politique

A Genève des villes s’engagent pour protéger le patrimoine

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 5 avril 2018 - 338 mots

GENEVE / SUISSE

Plusieurs maires ont signé, en présence d’un représentant de l’ONU, une déclaration sur la protection du patrimoine culturel.

Bouddhas de Bamiyan
Bouddha de Bamiyan, avant et après sa destruction en 2001

Huit villes se sont réunies pour signer la « Déclaration de Genève, Droits humains et patrimoines culturels : L'engagement des villes solidaires » lundi 26 mars 2018. Certaines de ces villes sont en Europe (Strasbourg, Genève, Lund, Vienne), d’autres sont dans des zones en conflit (Mossoul, Tombouctou, Diyarbakir, Erbil ). En présence du Haut commissaire aux Droits de l’homme Zeid Raad al-Hussein (ONU), la déclaration engage les villes signataires à protéger leur patrimoine culturel considéré dans sa relation aux hommes.

Les villes et leur gouvernement s’engagent notamment à « prévenir les destructions », « encourager la création de communautés patrimoniales », « réhabiliter les patrimoines et encourager la créativité » et « mettre en  œuvre des politiques ambitieuses ». L’engagement le plus caractéristique est cependant celui de la solidarité entre les villes. Les villes signataires s’engagent à « développer une culture d’échange », par exemple à « s’efforcer d'offrir refuge aux artistes, professionnels de la culture, défenseurs des patrimoines et des droits culturels, qui se trouvent menacés dans leur propre pays. »

De nombreux textes internationaux régissent la protection du patrimoine.  En 1972, l’Unesco avait adopté  la « Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel ».  L’agence de l’ONU avait également adopté en 2003 une déclaration concernant la destruction intentionnelle du patrimoine culturel. Contrairement aux conventions, les déclarations ont une valeur morale et non pas juridique.

La communauté internationale se mobilise de plus en plus pour protéger le patrimoine devenu une cible dans les zones de guerre : les Bouddhas de Bamiyan (Afghanistan), les mausolées de Tombouctou au Mali, la cité antique de Palmyre en Syrie, ou la cité antique de Nimroud en Irak.  La France est à l’initiative de la création récente d’un fonds de protection du patrimoine dans les zones en conflit.

Décembre 2018 marquera le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Aucun des 30 articles ne fait référence au patrimoine, seul l’article 27 indique que « toute personne a le droit […] de jouir des arts […]). »

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque