Vendredi 6 décembre 2019

Patrimoine

Des milliers de documents précieux détruits dans l’incendie de l’Institut d’Egypte au Caire

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 21 décembre 2011 - 437 mots

LE CAIRE / EGYPTE

LE CAIRE (ÉGYPTE) [21.12.11] - Au cours d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, l’Institut d’Égypte au Caire a pris feu, le 17 décembre 2011. Le bâtiment contenait 200 000 archives et manuscrits d’une grande valeur patrimoniale, à l’image de la première édition de la « Description de l’Égypte ». Le ministère de la Culture a annoncé, le 19 décembre 2011, que la France était prête à apporter son soutien à la future campagne de restauration via les experts de la BNF. Pour le moment, les employés et membres de l’UNESCO tentent de récupérer les ouvrages non calcinés avant que l’édifice ne s’effondre.

Après les nombreux pillages commis sur les sites archéologiques et dans les musées du pays, le patrimoine culturel égyptien est de nouveau la victime de troubles du moment. L’Institut d’Égypte au Caire a pris feu, le 17 décembre 2011, lors d’une confrontation entre manifestants, hostiles au Conseil militaire qui dirige le pays depuis le départ d’Hosni Moubarak, et forces de l’ordre. La bibliothèque conservait 200 000 manuscrits et documents iconographiques, dont une grande partie a brûlé. Parmi les pertes conséquentes, 8 volumes de la première édition de la Description de l’Égypte. L’ouvrage, publié au début du XIXe siècle, recense les découvertes scientifiques de la Commission des sciences et des arts créée par Napoléon Bonaparte lors de la campagne d’Égypte.

La cause du sinistre n’a pas encore été identifiée. Les forces armées accusent les manifestants d’avoir lancé un cocktail Molotov sur le bâtiment tandis que les opposants dénoncent l’inertie des militaires lorsque le feu s’est déclaré. La France a appelé les autorités du pays à mener « une enquête exhaustive et transparente ». Dans un communiqué du 19 décembre 2011, Frédéric Mitterrand s’est dit prêt à aider le gouvernement égyptien à restaurer les ouvrages endommagés « en mobilisant le savoir-faire de la Bibliothèque nationale de France ». Selon Le Figaro, une équipe constituée de volontaires, de membres de l’UNESCO et d’employés de l’Institut a sorti des décombres 11 containers d’archives. Mais le temps presse car le bâtiment risque de s’effondrer.

L’Institut d’Égypte a été créé par Napoléon Bonaparte en 1798 lors de la campagne d’Égypte. Constitué de savants et d’artistes, la plupart déjà membres de l’Institut de France, il avait pour mission de propager l’esprit des Lumières en Égypte et d’étudier le pays. Ses 36 membres s’étaient installés dans un palais mamelouk, aujourd’hui disparu, et y avaient installé leur bibliothèque divisée en 4 sections thématiques : mathématiques, physique, économie politique et arts. C’est en partie ce fonds, conservé aujourd’hui dans un bâtiment du début XXe siècle près de la Place Tahrir au Caire, qui a été détruit.

Légende photo

Le Caire, sur les rives du Nil - © photo Avjoska - 2008 - Licence CC BY 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque