Vendredi 30 octobre 2020

L’incendie des Pyrénées-Orientales endommage le Fort de Bellegarde

Par Doriane Lacroix Tsarantanis · lejournaldesarts.fr

Le 25 juillet 2012 - 257 mots

TOULOUSE [25.07.12] – Un incendie s’est déclaré le 22 juillet 2012 aux abords du village franco-espagnol du Perthus, causant des dégâts au Fortin, un avant-poste du Fort, ainsi qu’à la forteresse, classée monument historique.

Le site touristique du fort de Bellegarde a été partiellement endommagé par un incendie qui s’est déclenché sur un parking du Perthus, côté espagnol. D’après l’AFP, les flammes, qui ont ravagé Le Fortin, avant-poste du Fort, auraient également « léché la forteresse sur la façade sud », noirci les murailles « sur 15 mètres de haut et cent mètres de large », et « abîmé les douves du côté ouest ». Le maire du Perthus a précisé que l'intérieur du Fort de Bellegarde est néanmoins resté intact, ce qui permettrait la réouverture du site qui attire chaque année 15 000 visiteurs.

L’ancienne garnison fortifiée surplombe de son piton rocheux, la France et l'Espagne. A la fin du XVIIe siècle, les ingénieurs Saint Hilaire et Vauban remplacent le château médiéval du XIVe siècle par un poste d’observation. Le fort occupe ainsi une situation stratégique sur la frontière franco-espagnole, les cols du Perthus et de Panissars étant les plus aisés pour le franchissement des Pyrénées. La forteresse a été classée au titre des Monuments historiques le 26 juin 1967.

Le mardi 24 juillet 2012 les pompiers des Pyrénées-Orientales faisaient état d’une surface brûlée de 20 hectares autour du village du Perthus et de la station balnéaire de Cerbère. Du coté espagnol de la frontière, l’incendie a déjà ravagé 14 000 hectares et fait quatre morts.

Légende photo

Entrée du fort de Bellegarde - © Photo Emeraude - 2005

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque