Dimanche 27 septembre 2020

Monument

Des experts du patrimoine s’opposent à l’illumination nocturne du Taj Mahal

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 28 octobre 2015 - 605 mots

AGRA (INDE) [28.10.15] – Des experts du patrimoine critiquent l'illumination nocturne du célèbre mausolée moghol, en raison des insectes attirés par la lumière et dont les excréments contiennent des pigments colorés qui dégradent le marbre blanc du Taj Mahal.

D’après de hauts responsables de l'Archaeological Survey of India (ASI), le centre national archéologique responsable du monument, plusieurs lampes d'éclairage de sécurité ont été installées il y a quelques mois sur le site du Taj Mahal, dans le but de mettre en valeur le monument et de faire venir des touristes la nuit, rapporte The Archaeology News Network. Or, cet éclairage direct attire des insectes en grand nombre, dont les excréments contiennent des pigments colorés qui dégradent les surfaces de marbre blanc du mausolée inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Alors que le monument est géré par le Cercle Agra de l'ASI, sa sécurité a été confiée à la Force de sécurité industrielle centrale (CISF). M.K. Bhatnagar, surintendant archéologue au département scientifique de l’ASI, a le premier dénoncé ce problème majeur pour la préservation du Taj Mahal. Situés à environ 20 m de la base du monument, les éclairages de la rive de la Yamuna attirent énormément d’insectes de ce côté. « Le département scientifique a déjà envoyé une lettre au directeur général de l’ASI, au Cercle Agra et à la CISF pour leur demander d'éteindre les lumières immédiatement », a déclaré M.K. Bhatnagar.

B.R. Mani, ancien directeur général adjoint de l'ASI, a lui aussi exprimé sa surprise quant à l’installation d’un éclairage sur le célèbre site, sans consultation préalable avec les équipes scientifiques. « Tout d'abord, le Taj Mahal n'a pas besoin d'éclairage du tout » explique-t-il. « La structure de marbre peut être vue dans toute sa gloire dans la nuit naturelle. C’est absolument imprudent de l'éclairer avec un éclairage artificiel, qui attire les insectes. […] Si le gouvernement croit en mettant en place des lumières qu’ils peuvent attirer plus de touristes, alors je suis désolé de dire cela, mais le Taj Mahal n’est pas un monument avec lequel faire de telles expérimentations ».

D’ailleurs d’après lui, même si les touristes viendraient de temps en temps la nuit admirer la beauté du Taj Mahal, il n’y aurait jamais de flux régulier de visiteurs nocturnes. De plus, faire venir des touristes sur le site la nuit pose de gros problèmes de sécurité. Le surintendant archéologue du Cercle Agra, Bhuvan Vikram, et l’ancien directeur du Cercle Agra, K.K. Muhammed, ont également désapprouvé cette décision d’éclairer le Taj Mahal.

Des sources au sein de l’ASI ont évoqué des « pressions » émanant du ministère du Tourisme pour installer les lumières, malgré des études anciennes s’opposant à une telle installation. En effet, des études ont été réalisées dans les années 1990 et 2000 pour explorer l’impact de l’éclairage sur le monument, et sont arrivées à la conclusion que la prolifération des insectes était dangereuse pour la préservation des marbres blancs. Des propositions ont également été avancées pour permettre aux touristes d’admirer le Taj Mahal au clair de lune depuis la rive opposée du fleuve. « Nous ne pouvons pas faire les choses simplement au nom du tourisme » a réagi K.K. Muhammed.

Construit avec du marbre blanc de Makarna sur une période de vingt ans à partir de 1632, le Taj Mahal est considéré comme le plus beau monument en marbre de l'Inde, et attire chaque année entre 7 et 8 millions de visiteurs. Le mausolée est déjà confronté depuis des années à la menace de pollution de l'environnement et les experts estiment qu'il ne faut pas aggraver la situation avec d'autres sources de ternissement.

Légende photo

Le Tāj Mahal à Agra en Inde © Photo Yann - 2010 - Licence CC BY-SA 4.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque