Dimanche 28 février 2021

Musée

Critiqué, le Musée d’Aquitaine retire un cartel

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 24 mai 2019 - 431 mots

BORDEAUX / AQUITAINE

Une tribune dans Le Monde exigeait que ce cartel « aux relents révisionnistes » sur la traite négrière disparaisse du musée.

Les espaces permanents du musée d’Aquitaine « Bordeaux au 18e siècle, le commerce atlantique et l’esclavage ». © Photo Lysiane Gauthier, Mairie de Bordeaux.
Les espaces permanents du musée d’Aquitaine « Bordeaux au 18e siècle, le commerce atlantique et l’esclavage ».
© Photo Lysiane Gauthier, Mairie de Bordeaux

Le Musée d’Aquitaine a très vite réagi. Après que le journal Le Monde a publié mardi 21 mai une tribune demandant le retrait d’un des cartels du Musée d’Aquitaine, celui-ci a été remplacé. Les signataires accusaient un texte à « l’idéologie insane » de minorer la violence de l’esclavagisme.

Le cartel mis en cause fait partie d’une des six expositions permanentes de l’institution : « Bordeaux au XVIIIe siècle, le commerce atlantique et l’esclavage ». À travers une série d’objets d’époque, de dessins et de photographies, cette section revient sur l’implication du port bordelais dans la traite négrière. Elle documente également la vie dans les fers, et retrace l’histoire des luttes pour l’abolition de l’esclavage.

Selon le collectif d’écrivains à l’origine de la tribune parue dans Le Monde, un des textes de l’exposition relèverait de la « tartufferie langagière ». Le lexique du musée pour dépeindre les circonstances du trafic d’esclaves à Bordeaux ne correspondrait pas à la réalité des faits.

Les signataires pointent ainsi du doigt un usage inadapté du mot « formation » concernant le travail des débarqués. Ailleurs, s’agissant de la capture et du transport des esclaves vers la France, ils épinglent la phrase « Noirs et gens de couleurs viennent à Bordeaux au XVIIIe siècle ». « De leur propre chef ? Par goût du voyage ? », ironisent-ils.

Alors que les auteurs de la tribune dénoncent une « désinformation insidieuse aux relents révisionnistes », Laurent Védrine, directeur du Musée d’Aquitaine, s’est dit « choqué » auprès du Journal des Arts de la « violence des termes » visant un cartel « décontextualisé, alors même que l’exposition dans laquelle il s’inscrit est entièrement consacrée à la mémoire de la traite négrière bordelaise. »

« Je conçois que les mots choquent », reconnaît cependant Laurent Védrine tout en rappelant que, l’an dernier, en réponse à une lettre rédigée en ce sens par l’une des signataires de la tribune, il avait indiqué être conscient du problème, et affirmé qu’un renouvellement des cartels était prévu.

« Le texte dont il est question est là depuis 10 ans, et n’avait jusqu’alors jamais posé problème. Il faisait néanmoins partie des cartels que nous comptions modifier. Mais réorganiser une muséographie sur des sujets aussi sensibles demande du temps », s’est défendu le directeur du musée bordelais pour se justifier. 

Face à l’escalade de la controverse, le Musée d’Aquitaine a bousculé son agenda. Le cartel a été remplacé en début de semaine.
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque