Vendredi 26 février 2021

Internet - Musée

Une nouvelle plateforme pour faciliter les donations d’œuvres d’art

Par Marion Pedram · lejournaldesarts.fr

Le 28 janvier 2021 - 502 mots

ÉTATS-UNIS

Une start-up américaine vient de lancer un site mettant en relation musées et donateurs potentiels.

Michael Darling, cofondateur de Museum Exchange. © MCA Chicaco / Nathan Kaey
Michael Darling, cofondateur de Museum Exchange.
© MCA Chicaco / Nathan Kaey

« Simplifier le processus de don et contribuer à attirer l’attention du public sur des artistes sous-reconnus », telle est l’ambition de Museum Exchange, la première plateforme digitale pour les donations d’œuvres d’art. L’idée est de mettre en relation institutions culturelles et collectionneurs désireux de faire don d’une partie de leur collection. 

Cette initiative est le fait de Michael Darling, ancien conservateur en chef du Musée d’art contemporain de Chicago, David Moos et Robert Wanstein, art advisors et respectivement anciens conservateurs du Musée des beaux-arts de l’Ontario (Toronto) et du Whitney Museum (New York). 

Leur constat est le suivant : d’une part, les musées sont très largement tributaires des dons privés, et ce au détriment des petites structures ; d’autre part, les collectionneurs faisant don d’une ou plusieurs de leurs œuvres à une institution s’attendent à ce que celles-ci soient accrochées et non remisées. Museum Exchange intervient pour s’assurer que les œuvres données soient mises en valeur dans un musée qui en a besoin.

La start-up n’en est encore qu’à ses débuts, et ne concerne pour le moment que les musées d’Amérique du Nord et du Canada. Une première phase-test a été lancée en octobre, rapporte le New York Times, réunissant une douzaine de musées et une trentaine d’œuvres de quinze donateurs.

Le mode opératoire est simple : un catalogue en mis en ligne tous les trimestres, répertoriant les œuvres proposées à la donation par des collectionneurs privés. Les musées abonnés à la plateforme (pour un coût de 1 000 dollars par an) choisissent une ou plusieurs œuvres pour enrichir leur collection permanente, combler ses éventuelles lacunes, et font une offre de mise en valeur aux donateurs concernés. Ces derniers acceptent ou non. Museum Exchange a un rôle d’entremetteur et reste présent du début à la fin du processus. A noter que les donateurs aussi doivent payer des frais de gestion (évaluation de l’œuvre, expédition…) d’environ 500 dollars, précise Artnet.

Les avantages sont nombreux pour chacune des parties. Le processus de don ainsi facilité permet un enrichissement des collections, une diversification des contenus présentés et surtout une meilleure prise en compte des petits musées face aux mastodontes de l’art, qui accaparent généralement les grandes œuvres (Whitney, MoMA…). Les donateurs, quant à eux, ont la satisfaction de voir une pièce de leur collection personnelle accrochée aux cimaises d’un musée, voire devenir un facteur d’attractivité pour ce dernier. 

Museum Exchange fait cependant face à un obstacle non-négligeable : les grands collectionneurs ont très souvent une relation privilégiée avec un ou plusieurs musées, et préfèrent donner leurs œuvres à un lieu prestigieux. « Ils veulent qu'elles finissent sur le mur d'une institution qu'ils aiment et où leurs amis verront leur nom », remarque Karen Boyer, art advisor américaine, au New York Times

En réponse, Michael Darling parie sur le futur. Pour lui, « les musées traversent une période de changement qui ne fait que commencer » C’est le moment de repenser aussi leur manière d’acquérir leurs œuvres. 

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque