Un futur catalogue raisonné Degas en ligne

Par Élisabeth Santacreu · lejournaldesarts.fr

Le 26 janvier 2018 - 774 mots

PARIS

L’historien de l’art Michel Schulman prépare un catalogue raisonné de Degas sur Internet. Une ressource attendue, car le catalogue précédent n’avait pas été mis à jour depuis 1984.

Edgar Degas (1834-1917), <em>La Classe de danse</em> (1871-1874) - huile sur toile, 85&nbsp;x&nbsp;75&nbsp;cm
Edgar Degas (1834-1917), La Classe de danse (1871-1874) - huile sur toile, 85 x 75 cm
Photo RMN (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Le 5 mars sera un grand jour pour Michel Schulman, historien de l’art français. À cette date, il mettra en ligne une première version de son catalogue consacré à Edgar Degas (1834-1917). On trouve déjà sur Internet un site Degas, trompeur car il ne s’agit d’une simple compilation de photographies (il est destiné à vendre des reproductions).

À l’opposé, le site de Michel Schulman, degas-catalogue.com, sera la version sur Internet d’un catalogue raisonné offrant les meilleures garanties scientifiques. « Cela fait dix ans que j’y travaille. J’ai accumulé beaucoup de documentation. Ce n’est pas compliqué de faire un catalogue raisonné quand on a du temps, des moyens, de l’énergie et de l’organisation », raconte le chercheur, habitué à l’exercice : il a déjà publié, sur papier, les catalogues raisonnés de Théodore Rousseau (1812-1867) et Frédéric Bazille (1841-1870).

Pour construire le site, il va faire appel à la société, basée à New York, qui s’est déjà occupée du catalogue Cézanne en ligne. Une garantie de bon fonctionnement, selon lui, qui permettra par exemple « les croisements entre les collections publiques et avec la vente Degas de 1918-1919. » C’est la valeur ajoutée d’Internet par rapport au papier, ainsi que la possibilité que donne ce média de mises à jour régulières.

Pour Degas, on dispose pour le moment du catalogue raisonné en quatre volumes de Paul-André Lemoisne (édition de 1946-1949), augmenté d’un supplément dû à Philippe Brame et Theodore Reff datant de 1984. Ces livres sont épuisés en librairie et n’offraient que des photographies en noir et blanc. Ils nécessitaient de toute façon une nouvelle mise à jour, car, chez Degas, la couleur joue un rôle primordial. « Les éminentes publications de mes prédécesseurs, précise l’historien de l’art dans l’introduction à son travail, ont été le socle et le point de départ de mes recherches. De par les nombreuses expositions, ventes aux enchères et acquisitions des musées, le « monde » de Degas a changé. Soixante-dix ans se sont écoulés depuis la publication du catalogue Lemoisne, plus de trente ans depuis le supplément de Théodore Reff ! Il fallait donc reconsidérer l'œuvre de Degas dans sa réalité actuelle. »

Dans la version complète du site, Michel Schulman recensera « les peintures de Degas, sur tous supports, les pastels et pastels avec fusain et parfois craie - disons les techniques mixtes - et les pastels sur monotype. Je laisse de côté les dessins, les sculptures et les aquarelles, peu nombreuses. » Pour ces derniers, des catalogues sont parus assez récemment (c’est le cas des sculptures) ou sont susceptibles d’être réalisés par d’autres institutions. C’est le cas des dessins, dont la spécialiste, l’historienne de l’art Jean Sutherland Boggs, a légué ses archives au Philadelphia Museum of Art et à la National Gallery d’Ottawa. De son côté, Michel Schulman a une préférence marquée pour les pastels sur monotypes dont font partie les scènes de maisons closes : « Picasso ne s’y était pas trompé ! ».

La première version du site, mise en ligne le 5 mars, comportera les introductions au catalogue en français et en anglais et une bibliographie de l’auteur, ainsi qu’une cinquantaine de fiches d’œuvres, à titre d’exemple de ce que présentera la version complète. Celle-ci sera disponible à la fin 2019 ou début 2020. Les fiches comporteront à terme une photographie, les informations techniques (date, dimensions, technique), l’historique, les expositions et la bibliographie. Le choix de celles qui seront présentées dans la première version du site est « subjectif », revendique l’auteur, et elles seront amputées des expositions et de la bibliographie complète. Michel Schulman évalue à plus de 2 000 le nombre de fiches présentées sur le site définitif, « mais, sur Internet, rien n’est définitivement complet ! » Il promet des surprises : « Ce qui m’intéresse, c’est ce travail de bénédictin qui permet de trouver de nouvelles œuvres. Je prends mes responsabilités et je mettrai au catalogue ce que je pense être bon. En outre, je vais autant que possible faire les recherches sur les œuvres spoliées entre 1933 et 1945 et les publier. » Grâce à ce travail de catalogage, il pourra mener sereinement ses expertises, comme il le fait pour Rousseau et Bazille.

L’accès au site sera libre et gratuit, dans sa version définitive comme dans sa première version, cette « carte de visite », selon les termes de son auteur, qui espère que cela lui permettra d’entrer très vite en contact avec les collectionneurs les plus réticents à montrer leurs trésors.

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque