Samedi 7 décembre 2019

Musique

Les fans des Beatles fêtent les 50 ans de la photo d'Abbey Road

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 10 août 2019 - 676 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

Un millier de fans des Beatles ont célébré jeudi près des studios londoniens d'Abbey Road le 50e anniversaire de la photo illustrant le dernier album studio du groupe, Abbey Road, devenue l'une des pochettes les plus célèbres de l'histoire de la musique.

Reproduction des Beatles sur Abbey Road en poster © Richardjo
Reproduction des Beatles sur Abbey Road en poster

La photo montre les quatre musiciens traversant un passage piétons devant les studios d'enregistrement Abbey Road. John Lennon ouvre la marche, suivi de Ringo Starr, Paul McCartney pieds nus et George Harrison.

Jeudi, les fans des Fab Four, parfois déguisés en Beatles ou chantant les classiques du groupe britannique, ont emprunté à leur tour le passage piéton. Ce lieu est un « sanctuaire », a déclaré Mary Anne Laffin, 66 ans, venue tout spécialement de New York pour l'occasion. « C'est incroyable de voir tous ces gens qui les aiment, et de voir combien ils ont été importants pour le monde », a-t-elle dit.

L'idée de la pochette avait germé initialement dans l'esprit de McCartney, qui avait d'abord esquissé des petits bonshommes simplistes sur un passage piétons. Le cliché a été pris vers 11h35 le 8 août 1969 par le photographe écossais Iain Macmillan. Cette heure de la journée avait été choisie pour éviter les fans, qui savaient que le groupe arrivait généralement au studio en milieu d'après-midi pour enregistrer. 

Perché sur un escabeau dans la rue, où la circulation avait été stoppée par un policier, Macmillan a pris six clichés, dont seul le cinquième a été utilisé : celui où les quatre Beatles marchent à l'unisson. La séance de photo n'a duré qu'une dizaine de minutes. C'est Tony Bramwell, qui travaillait dans les relations publiques à l'époque, qui tenait l'escabeau. Cinquante après, il a tenu à revenir à Abbey Road. « Ils avaient besoin d'une photo pour la pochette de l'album et Paul avait une vague idée de ce que ça devrait être », a-t-il raconté à l'AFP. « Cette photo est une icône, tout comme l’album », a-t-il estimé.

- Théories du complot -

L'enregistrement de l'album s'était achevé douze jours plus tard, le 20 août. Il était sorti le 26 septembre 1969, six jours après que John Lennon eut informé ses partenaires qu'il quittait le groupe. C'est le dernier album studio des Beatles, bien qu'il précède la sortie de Let It Be, enregistré avant, et il a été réalisé dans une atmosphère plus joyeuse. Y figurent les morceaux Something, Here Comes The SunOctopus's Garden et Come Together, ainsi que le fameux medley qui boucle l'album, un enchaînement de chansons parfois inachevées.

Fait inhabituel, le nom des Beatles ne figure pas en couverture. La pochette a aussi alimenté une théorie du complot prétendant que Paul McCartney était en fait décédé (« Paul is Dead ») et qu'il était remplacé par un sosie. La preuve, selon les tenants de cette théorie ? Il tient une cigarette dans sa main droite alors qu'il est gaucher. Ils voyaient aussi des messages cachés dans le fait qu'il marche pieds nus et d'un autre pas que les autres membres du groupe. 

- Site de pèlerinage -

Les studios Abbey Road se trouvent dans le quartier cossu et résidentiel de St. John's Wood, dans le nord-ouest de Londres. Ils ont été créés en 1931 dans une grande maison du XIXe siècle. Ils étaient initialement consacrés à l'enregistrement de musique classique, avant de s'ouvrir au jazz et au rock. Pas moins de 190 des quelque 210 chansons des Beatles y ont été enregistrées, et la maison londonienne de Paul McCartney se trouve à un jet de pierre. Le lieu attire depuis des fans des Beatles du monde entier, qui souvent reproduisent la célèbre photo sur le passage piétons. Ce dernier est également filmé en temps réel par une caméra dont les images sont diffusées sur le site internet des studios. Le passage piétons est lui classé aux monuments historiques anglais depuis 2010.

« Dans 50 ans, il y aura toujours des gens qui viendront ici » pour rendre hommage aux Beatles, prédit Chris Barnett, un fan de 63 ans. « Ils ont changé la musique pour toujours. Ils chantaient sur l'amour et la paix ».

Cet article a été publié par l'AFP le 8 août 2019.

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque