Vendredi 13 décembre 2019

Cinéma

Le cinéma français fragilisé par la défaillance de certains producteurs

Par Pierre-Marie Dufour · Le Journal des Arts

Le 2 juin 2018 - 596 mots

Les difficultés de plusieurs producteurs témoignent de la fragilité d’un secteur en apparence bien portant.

Luc Besson dirigeant Scarlett Johansson sur le film Lucy.
Luc Besson dirigeant Scarlett Johansson sur le film Lucy.
Photo Jessica Forde
© Europacorp / TF1 films production / Grive Productions

Au premier abord, les chiffres sont flatteurs : les salles de cinéma françaises attirent bon an mal an plus de 200 millions de spectateurs et le cinéma hexagonal maintient ses positions (78,2 millions d’entrées en 2017 en France et 80,5 millions d’entrées dans les autres pays). Mieux, 300 films financés en totalité ou en partie par des capitaux français ont été produits en 2017, contre 283 l’année précédente. Ces longs-métrages ont assuré au cinéma national une part de marché de 37,4 % en 2017. Tout irait-il donc pour le mieux sous le ciel bleu du Festival de Cannes ?

La réalité est nettement plus contrastée : les deux tiers des films français n’atteignent pas 100 000 entrées et la moitié des films totalisent moins de 20 000 entrées, si bien que le nombre d’échecs en salles est dix fois plus important que celui de succès. En première ligne, figurent les producteurs de films indépendants. De fait, en matière de financement, les producteurs constatent que Canal + a diminué ses préachats de près de 60 millions d’euros entre 2012 et 2017 et que les chaînes de télévision ne couvrent que 37 % des besoins de financement d’un film. Nombre de producteurs indépendants sont amenés à prendre des risques en investissant leurs fonds propres, les mettant à la merci du moindre échec commercial.

Ainsi, Chic Films a mis la clé sous la porte en juillet dernier, après l’échec du film À fond, sorti le 21 décembre 2016. L’été dernier, LGM Cinéma, producteur en 2013 de Guillaume et les Garçons, à table ! a également déposé son bilan après que Mea Culpa et The End soient passés inaperçus. Il faut dire qu’il est difficile pour les films d’auteurs de se faire une place dans la jungle des 750 films sortis en salles de cinéma en 2017, soit près de quinze nouveaux films sur les écrans français chaque mercredi !

Mêmes les sociétés les plus connues du secteur ont de gros problèmes financiers. Wild Bunch, studio de vente et de distribution cinématographique, fondé en 2002 par des anciens de Studio Canal, accusait 75 millions d’euros de dettes, pour un chiffre d’affaires de moins de 100 millions d’euros l’an dernier. La société cherche un repreneur ou un investisseur depuis six mois. De leur côté, les deux studios de production détenus par Thomas Langmann, le fils de Claude Berri et artisan du succès international de The Artist en 2012, ont été placés en procédure de sauvegarde fin février dernier : La Petite Reine SAS et La Petite Reine Production SAS cumuleraient plus de 30 millions d’euros de dettes à ce jour. Autre nom très connu, Luc Besson est lui aussi confronté à de gros soucis : sa dernière superproduction, Valerian et la Cité des Mille Planètes, a coûté 197 millions d’euros, plus une promotion estimée à plus de 150 millions d’euros, alors que son exploitation internationale en salles a rapporté à peine 225 millions d’euros. Puis, le mois dernier, son Taxi 5 a juste dépassé les 2 millions d’entrées en France, contre 10 millions pour Taxi 2 : la société lancée par le producteur du Grand Bleu en 2000, EuropaCorp, doit rapidement trouver un repreneur, charge à celui-ci de rembourser l’emprunt de 400 millions d’euros souscrit en 2014 auprès de la banque JP Morgan. Certes, contrairement à la rumeur qui a parcouru le Festival de Cannes, ce n’est probablement pas l’Américain Netflix qui rachètera l’entreprise de Luc Besson, mais la consolation est maigre pour cet emblème du cinéma hexagonal.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°502 du 25 mai 2018, avec le titre suivant : Le cinéma français fragilisé par la défaillance de certains producteurs

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque