Dimanche 25 février 2018

Collection YSL-PB

YSL : la crise oubliée

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 3 mars 2009

Plus grande vente aux enchères d’une collection depuis cent ans, la dispersion de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé a battu tous les records. Bravant la crise, Christie’s, associée à Pierre Bergé & Associés, a cédé plus de sept cents lots à des clients du monde entier pour un total de 373,9 millions d’euros. Un collectionneur chinois a cependant décidé de gâcher la fête.

PARIS - Grandiose, spectaculaire, parfaite, incroyable, festive…, les louanges n’ont pas manqué pour qualifier la vente de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, organisée par Christie’s au Grand Palais et dispersée du 23 au 25 février. « C’est un sans-faute », a déclaré Pierre Bergé. Le résultat dépasse les attentes et s’élève à 373,9 millions d’euros, au-delà des 300 millions d’euros d’estimation haute. Il s’agit d’un véritable pied de nez à la crise. « Ce n’était pas un pari gagné d’avance du fait du contexte économique actuel, d’autant plus que les estimations des œuvres étaient dans l’ensemble soutenues », commente Frédéric Chambre, vice-président de Pierre Bergé & Associés (PBA) et l’un des commissaires-priseurs de la vacation.
Bien que les termes du contrat de vente soient restés confidentiels, la distribution des bénéfices profiterait largement à la maison PBA, associée à la vente. Christie’s a dépensé plus de 7 millions d’euros pour son organisation dont elle a eu l’entière charge, ayant tout naturellement dispensé Pierre Bergé de frais vendeurs. En redoutable homme d’affaires, Pierre Bergé se serait aussi octroyé une rétrocession des frais acheteurs d’un montant égal à 5 % du produit de la vente. Rien n’est moins sûr que l’opération ait été vraiment rentable pour l’auctioneer. Mais le jeu en valait certainement la chandelle, tant elle est une réussite sur le plan de l’image de marque et de la communication pour Christie’s.

Envolée des enchères
Rares ont été les enchérisseurs misant directement dans la salle aux vues de tous, à l’instar de Nicolas et Alexis Kugel, les deux marchands chez qui Yves Saint Laurent et Pierre Bergé avaient réalisé un grand nombre d’achats. « Nous avons essayé d’acheter deux cents pièces, confirme Nicolas Kugel. Compte tenu de l’envolée des enchères, nous en avons finalement acquis une quinzaine. Nous sommes plutôt contents du prix que nous avons payé pour obtenir ces objets. Nous sommes aussi très heureux des fabuleux résultats de cette vente qui ne peuvent que faire reculer le pessimisme ambiant ».
Le soir du 23 février, l’art moderne inaugurait la vente de la mythique collection, sous le marteau de François de Ricqlès. Après un premier record pour le tableau de James Ensor Le Désespoir de Pierrot (Pierrot le jaloux), parti pour 4,9 millions d’euros, de colossales adjudications ont suivi pour Madame L. R. (Portrait de Mme L. R.) de Constantin Brancusi, emporté à 29,1 millions d’euros contre une estimation haute de 20 millions d’euros, et Belle haleine – Eau de Voilette, œuvre de Marcel Duchamp, estimée 1 million d’euros, et qui a fait l’objet d’un duel d’enchères jusqu’à 8,9 millions d’euros, au profit du courtier Franck Giraud. De beaux résultats ont été atteints pour les trois Composition de Piet Mondrian, estimées 5 à 10 millions chacune. La première, la plus commerciale (celle qui ressemblait à la robe créée par Saint Laurent) est montée à 21,5 millions d’euros, soit un record. La seconde, la plus importante historiquement, a été adjugée 14,4 millions d’euros au courtier Philippe Ségalot. Enfin, la troisième toile a enregistré une enchère de 7 millions d’euros. La vente a culminé à 35,9 millions d’euros pour Les Coucous, tapis bleu et rose (1911) d’Henri Matisse. Ce tableau attendu pour 18 millions d’euros maximum, devenu en quelques minutes l’emblème de la collection, est également parti chez un client de Franck Giraud. Son prix a couvert le flop du tableau cubiste de Pablo Picasso : Instruments de musique sur un guéridon (1914-1915) qui était attendu en star de la vente, autour de 25 à 30 millions d’euros d’estimation, et n’a pas eu la moindre enchère. « Les collectionneurs qui étaient venus le voir ont été impressionnés par son aspect historique et son pedigree, mais n’ont pas eu de coup de cœur comme avec d’autres tableaux de la collection, beaucoup plus faciles à vivre », commente Thomas Seydoux, directeur international du département d’art impressionniste et moderne. Le Centre Pompidou a enlevé la toile Il Ritornante de Giorgio de Chirico pour le record de 11 millions d’euros pour l’artiste. Le Musée d’Orsay a usé deux fois de son droit de préemption pour Les Lilas d’Édouard Vuillard (385 000 euros) et Au Conservatoire de James Ensor (577 000 euros), et enrichi ses collections d’une troisième œuvre, L’Adoration des Mages, tapisserie d’Edward Burne-Jones offerte à l’institution par Pierre Bergé. À l’issue d’une seule soirée, plus de 206 millions d’euros avaient été amassés en cinquante-neuf lots, soit l’estimation basse de toute la collection. Les professionnels ont été soulagés de voir tant d’argent dépensé, malgré la crise.

Nouveaux records
Le lendemain, la vente des tableaux et dessins anciens a donné lieu à l’enregistrement de six nouveaux records d’artistes, notamment pour Théodore Géricault et Jean-Auguste-Dominique Ingres, ainsi qu’à six invendus. Elle a été suivie de la plus belle vente d’orfèvrerie jamais réalisée, avec 100 % des lots vendus pour près de 20 millions d’euros. Les coupes allemandes du XVIIe en vermeil ont fait des merveilles, allant jusqu’à décupler leur estimation, à plus de 500 000 euros. Plusieurs ont été achetées par les Kugel dont la fameuse coupe d’Osterode, pour 853 000 euros. Le Musée du Louvre a acquis une boîte à portrait de Louis XIV, préemptée pour 481 000 euros. Le soir, avec l’Art déco, les enchères millionnaires repartaient de plus belle. Estimé au mieux 3 millions d’euros, le fauteuil aux dragons d’Eileen Gray a tenu toute la salle en haleine. Deux enchérisseurs ont bataillé jusqu’à 21,9 millions d’euros pour l’acheter. La galerie Vallois (Paris) l’a emporté pour le compte d’un collectionneur. Les deux vases monumentaux de Jean Dunand ont été vendus 3 millions d’euros, au double de leur estimation. Une paire de lampes de parquet d’Eckart Muthesius a déchaîné la passion de deux collectionneurs à hauteur de 2,5 millions d’euros, cinq fois l’estimation. L’euphorie était aussi à son comble pour les pièces signées Francois-Xavier Lalanne dont le bar YSL (1965), cédé à 2,7 millions d’euros, dix fois le prix attendu.

Sculpture et objets d’art
Le troisième et dernier jour de vente, la sculpture et les objets d’art étaient à l’honneur. Un bronze français de la Renaissance représentant Janus a été acheté par les Kugel pour 2 millions d’euros, dix fois son estimation haute. Mais les émaux du Limousin ne se sont pas bien vendus ou ont été ravalés, car souvent trop restaurés. Le Musée de la Renaissance à Écouen a préempté deux lots de plaques émaillées de Limoges, mieux conservées, pour « seulement » 320 000 euros. Notons encore le record établi de 421 000 euros pour une pièce vénitienne en émail. Durant la vacation finale, tous les regards étaient tournés vers les deux têtes chinoises en bronze, de rat et de lapin, dont la vente avait déclenché l’agacement des autorités chinoises, s’agissant de pièces provenant à l’origine du sac du palais d’été de Pékin en 1860. Estimées 8 à 10 millions d’euros chacune, elles ont été adjugées 15,8 millions d’euros à une même personne au téléphone. Plus tard, on apprenait que l’enchérisseur était un Chinois du nom de Cai Mingchao, collectionneur d’art et expert en antiquités. Agissant en tant que conseiller du fonds du patrimoine national de Chine, il aurait décidé de ne pas payer ces pièces, par pur patriotisme. Christie’s n’a pas voulu confirmer ni commenter cette information. Mais cela promet une suite sulfureuse…

La « Vente du Siècle » en chiffres

Estimation : 200 à 300 millions d’euros
Résultats : 373,9 millions d’euros (record pour une collection privée aux enchères et la plus grande vente publique jamais organisée en Europe)
Nombre de lots vendus/invendus : 658/31
Lots vendus : 95,5 %
Pourcentage en valeur : 93 %
Nombre d’acheteurs : environ 200
Nombre de places assises/debout : 1 300/300
Nombre de préemptions : 6
Nombre de jours de vente : 3
Nombre de visiteurs durant les deux jours et demi d’ouverture au public : plus de 30 000
Frais d’organisation de la vente : 7 à 8 millions d’euros
Poids/prix du coffret de cinq catalogues : 10 kilos/200 euros
Nombre de coffrets vendus : 5 000
Nombre d’enchères supérieures à 5 millions d’euros : 16
L’enchère la moins élevée de la vente : 2 500 euros pour une géode de quartz fumé

Art impressionniste et moderne : 206,1 millions d’euros (record pour une collection privée d’art impressionniste et moderne aux enchères)
Meilleure enchère : Les Coucous, tapis bleu et rose (1911), huile sur toile d’Henri Matisse : 35,9 millions d’euros (record pour l’artiste en vente publique et plus haute enchère de la collection YSL-Bergé)

Tableaux et dessins anciens et du XIXe siècle : 22,2 millions d’euros
Meilleure enchère : 9 millions d’euros pour le Portrait d’Alfred et Élisabeth Dedreux (vers 1818) de Théodore Géricault (record pour l’artiste en vente publique)

Orfèvrerie, miniatures et objets de vertu : 19,8 millions d’euros (record pour une vente d’orfèvrerie aux enchères, 100 % des lots vendus)
Meilleure enchère : 853 000 euros pour une quadruple coupe en vermeil (1649) par Christoph Uder, Osterode

Arts décoratifs du XXe siècle : 59,1 millions d’euros (record pour une vente d’Art déco aux enchères)
Meilleure enchère : 21,9 millions d’euros pour le fauteuil aux dragons d’Eileen Gray (vers 1917-1919) (record pour l’artiste en vente publique et record pour un meuble Art déco aux enchères)

Sculpture et objets d’art : 24,2 millions d’euros
Meilleure enchère : 2 millions d’euros pour une Tête représentant Janus, en bronze, cercle du Primatice, troisième quart du XVIe siècle (record pour un bronze français du XVIe siècle aux enchères)

Art d’Asie, céramiques, mobilier, art islamique et archéologie : 42,8 millions d’euros
Meilleure (double) enchère : 15,8 millions d’euros pour une tête de rat et pour une tête de lapin en bronze, provenant de la fontaine zodiacale du palais d’été de l’empereur Qianlong, Chine, dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795)

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°298 du 6 mars 2009, avec le titre suivant : YSL : la crise oubliée

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque