Samedi 7 décembre 2019

Galerie

Bulgarie : des artistes vivants inspirent les morts, et les faussaires

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 21 juin 2019 - 383 mots

SOFIA / BULGARIE

Ce devait être l'exposition révélant un nouveau pan de la peinture bulgare du 20e siècle. L'événement organisé à Sofia a tourné au fiasco après des soupçons de faux sur une partie des oeuvres.

L'exposition, organisée dans une prestigieuse galerie de la capitale, a fermé ses portes jeudi avec plus d'un mois d'avance sur la date prévue et un parfum de scandale. Intitulée « Modernisme et Avant-garde. La perspective bulgare », elle avait vu se presser, lors de son inauguration fin mai, les cercles artistiques bulgares avides de découvrir une centaine d'oeuvres présentées comme inédites et attribuées à des artistes de l'entre-deux-guerres. Las ! Des connaisseurs n'ont pas tardé à identifier sur les murs de la galerie Structura des dessins copiant visiblement les travaux d'artistes internationaux, certains étant même des contemporains.

Ainsi l'illustratrice française Malika Favre n'en est pas revenue de voir une des oeuvres exposées reproduire quasiment trait pour trait un de ses récents dessins et être attribuée à l'artiste bulgare Sirak Skitnik mort en ... 1943. « C'est une nouvelle étape dans le plagiat », s'est exclamée sur Instagram cette artiste installée à Londres dont les illustrations colorées ont déjà fait la Une du New Yorker, du New York Times ou de Vanity Fair.

Un dessin de l'artiste français Quibe, déjà maintes fois plagié et croquant en quelques traits un profil de l'actrice américaine Glenn Close, a également été visiblement copié. D'autres travaux exposés semblent directement inspirés d'artistes plus connus que leurs supposés auteurs bulgares : on reconnaît ainsi la patte de l'expressionniste allemand Ernst Ludwig Kirchner et de l'Autrichien Koloman Moser.

Au total 17 dessins et peintures vraisemblablement plagiés ont été décrochés de l'exposition avant sa fermeture et la propriétaire de la galerie, Maria Vassileva, s'est confondue en excuses. La centaine d'oeuvres exposées va être analysée par des experts. « Il ne m'est pas passé par l'esprit l'ombre d'un doute sur ces oeuvres datées et signées », a expliqué à l'AFP Mme Vassileva, soulignant que le courant moderniste était méconnu en Bulgarie. Le propriétaire des oeuvres est un collectionneur privé bulgare qui a expliqué les avoir acquises auprès d'un antiquaire.

Mme Vassileva s'est dite au final heureuse que cette affaire attire l'attention sur « les proportions désastreuses », selon elle, de la fraude sur le marché de l'art bulgare.

Cet article a été publié par l'AFP le 20 juin 2019

INFORMATION

Galerie Structura « Modernism & avant-garde. The bulgarian perspective. Nikolay Nedelchev collection », exposition prévue du 30 mai au 27 juillet 2019.
http://structura.gallery

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque