Lundi 17 décembre 2018

Art Stage Singapore - Atout Asie-Pacifique

La foire d’art contemporain de Singapour veut être une plate-forme pour toute l’Asie

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 15 janvier 2013 - 681 mots

SINGAPOUR - En 2010, neuf ans après avoir intégré l’Organisation mondiale du commerce, la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale et le numéro un des ventes publiques d’œuvres d’art.

Derrière elle, plusieurs autres pays asiatiques parmi lesquels l’Inde et l’Indonésie se sont imposés comme des acteurs majeurs de la scène artistique internationale. Tout comme Taïwan, la Corée du Sud et Singapour, devenues des places incontournables du marché de l’art. Gigantesque pépinière de nouveaux riches, l’Asie est de plus en plus courtisée par les organisateurs de foires d’art contemporain. Après ART HK et SH Contemporary nées en 2007, respectivement à Hongkong et Shanghaï, Art Stage Singapore a vu le jour en 2011. Elle a été fondée par Lorenzo Rudolf, ancien directeur d’Art Basel, ancien consultant pour les foires de Palm Beach et Bologne Arte Fiera et cofondateur de la foire de Shanghaï reprise en 2011 par Messe Schweiz, le propriétaire d’Art Basel. Son objectif ? Présenter à Singapour le meilleur de la création artistique en Asie, rendre compte de l’extraordinaire effervescence de la scène. « Art Stage Singapore est le seul salon international qui pénètre les marchés de l’Asie du Sud et l’Asie-Pacifique», affirme Lorenzo Rudolf.

L’Asie loin devant
Pour sa 3e édition, du 24 au 27 janvier, la foire accueille 120 galeries dont 75 % de galeries asiatiques (contre 50 % pour sa nouvelle concurrente « Art Basel in Hongkong » qui se tiendra en mai) : 78 galeries viennent d’Asie du Sud-Est dont 18 de Singapour, principal pays participant, suivi par la Chine, le Japon, et l’Australie. L’Europe (27 galeries) et les États-Unis (3 galeries) arrivent loin derrière. Parmi les nouveaux exposants figurent la Galerie Continua (San Gimignano, Le Moulin, Pékin), Anthony Meier Fine Arts (San Francisco), Kukje et Bhak de Séoul ainsi que deux galeries de Sydney : Brenda May et Barry Keldoulis. Côté français, Emmanuel Perrotin fera son entrée aux côtés de Paris-Beijing, Bogéna, Gérard Lasés et Pièce Unique. La « Singapore Platform » permettra de faire connaissance avec de jeunes artistes de la cité-État tandis que « Project Stage » mettra l’accent sur les étoiles montantes de l’art contemporain asiatique appréhendées à travers 33 projets.

Nouveauté 2013 : la création d’un pavillon indonésien. « Nombre d’artistes indonésiens m’ont fait part de leur inquiétude en raison de la faible visibilité de leur création artistique sur la scène mondiale et de l’accès limité des collectionneurs à leur marché. C’est pourquoi j’ai souhaité qu’Art Stage Singapore devienne un tremplin susceptible de créer une nouvelle dynamique pour l’Indonésie », souligne Lorenzo Rudolf. La création de ce pavillon a été saluée par Oei Hong Djien, le collectionneur et créateur du musée privé OHD dédié à l’art indonésien moderne et contemporain. L’Indonésie, censée, selon le cabinet de conseil McKinsey & Company, devenir en 2030 la 6e économie mondiale se devait d’assurer une plus grande visibilité à ses artistes. Certains néanmoins comme le peintre Nyoman Masriadi, dont les enchères de Hongkong, Singapour, Taïwan, Séoul et Djakarta ont fait exploser la cote, jouissent déjà d’une reconnaissance internationale.

Cette année, pour la première fois à Art Stage Singapore, 36 projets d’artistes et de collectifs indonésiens seront présentés dans un espace de 1 000 m2. La section « Best of Indonesia » permettra de découvrir une trentaine d’artistes indonésiens parmi les plus connus aux côtés d’artistes émergents. Autre nouveauté : l’« Australia Platform », qui réunira 12 galeries australiennes. « Traditionnellement présentes dans les plus grandes foires occidentales pourtant situées aux antipodes, ces galeries sont en revanche très peu représentées sur le marché asiatique », explique Lorenzo Rudolf, qui souhaite leur donner plus de visibilité. Art Stage Singapore offrira également aux amateurs d’œuvres monumentales de découvrir une sculpture de plus de 15 m de long et tout en métal d’Entang Wiharso, l’un des artistes indonésiens les plus en vogue, et une peinture de 10 m de longueur de Galam Zulkifli spécialement réalisée pour le pavillon indonésien.

ART STAGE SINGAPOUR

24-27 janvier, Marina Bay Sands Convention and Exhibition Centre, 254 South Bridge road, #02-01, Singapour, www.artstagesingapore.com

Nombre de galeries : 130

Nombre de visiteurs en 2012 : 35 000

Légende photo

Fendry Ekel, Investigation Series #2, 2012, huile sur toile, 260 x 220 cm. Courtesy Art Stage Singapore.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°383 du 18 janvier 2013, avec le titre suivant : Art Stage Singapore - Atout Asie-Pacifique

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque