Lundi 10 décembre 2018

Les grandes ventes d’art contemporain de Londres sont au mieux de leur forme

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 15 février 2013 - 659 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [15.02.13] – Les ventes d’art contemporain affichent une progression de 20 % par rapport à février 2012. Les blockbusters habituels que sont Bacon, Basquiat et Richter ont encore réalisé de jolis scores.

Londres réitère le succès des ventes d’art impressionniste et moderne de la semaine dernière, avec ses ventes d’art contemporain. Christie’s et Sotheby’s réunies enregistrent une progression de 20 %, portant le produit total des ventes à 156 millions de livres (131 millions en 2012). Les grands gagnants sont Francis Bacon, Jean-Michel Basquiat et Gerhard Richter.

Les deux maisons de ventes offraient aux enchères 126 lots et tablaient sur une estimation globale de 148 millions de livres. Elles sont allées au-delà en récoltant 156 millions de livres frais compris, soit 181 millions d’euros. C’est le meilleur résultat depuis 2008, qui avait totalisé 168 millions de livres.

Si Christie’s (81,6 millions de livres) dépasse une nouvelle fois Sotheby’s (74,4 millions de livres) et vend plus de lots (90% contre 80% pour Sotheby’s, qui, par ailleurs proposait moins d’œuvres), en revanche, les deux concurrents ont généralement adjugé dans la limite de leurs estimations. Ce sont les vedettes de l’art contemporain qui ont suscité le plus d’engouement. Dans un communiqué, Cheyenne Westphal, directrice du département art contemporain, affirme que « ce marché est manifestement actif concernant les valeurs sûres » de l’art contemporain.

C’est Sotheby’s qui rafle la mise pour l’enchère la plus haute de la semaine. Trois études pour un autoportrait de Francis Bacon (1980), en couverture du catalogue, a été adjugé 13,7 millions de livres frais compris, soit 12,2 millions prix marteau (estimé 10 à 15 millions de livres) et donc plus qu’en 2006 où il avait été échangé pour 3,8 millions de livres chez Christie’s Londres. C’est un collectionneur allemand, Jürgen Hall, qui s’en est emparé. Il a indiqué qu’il souhaitait le prêter à une grande institution internationale. Chez Christie’s, et du même artiste, Man in Blue VI n’a obtenu que 4,9 millions, moins prisé que ses célèbre déformations.

La deuxième enchère la plus forte des deux sessions revient à Jean-Michel Basquiat, chez Christie’s, avec son œuvre emblématique, Museum Security (Broadway Meltdown), adjugé 9,3 millions de livres (est. 7 à 9 millions) à John Sayegh Belchatowski, le célèbre collectionneur d'art établi à Paris, qui était assis dans la salle. Interviewé par la presse, Alex Lachmann, le marchand d’art allemand de Cologne a souligné que « c’est le genre de Basquiat que tout le monde veut ». Par contre, chez Sotheby’s, les deux tableaux du même artiste, ont frappé moins fort. Untitled (Pecho/Oreja) et Five fish Species, ont tous deux été acquis par le marchand new-yorkais Jose Mugrabi, le premier pour 6,8 millions de livres (est.7 à 9 millions) et le second pour 4,9 millions (est.4,2 à 6,2 millions de livres), donc en-dessous de leurs estimations basses. Toutefois, le marchand a déclaré que pour lui, « Basquiat est le meilleur artiste au monde ».

Quant à Gerhard Richter (né en 1932), Abstraktes Bild s’est envolé à 8,4 millions de livres (estimation basse à 7 millions). La demande, pour les œuvres de Richter, est devenue plus sélective alors que les attentes des vendeurs ont augmenté. Sotheby’s en a fait les frais puisque 2 des 4 œuvres proposées de l’artiste n’ont pas trouvé preneur. Les 2 qui se sont vendues, Abstraktes Bild (1992), 8,1 millions de livres et Wolke (1976), 7,6 millions de livres, ont été adjugées à un prix marteau inférieur à leurs estimations basses respectives.

Plusieurs records mondiaux dépassant le million de livres ont été enregistrés chez Christie’s (aucun chez Sotheby’s), notamment pour Peter Doig (né en 1959), avec The Architect’s Home in the Ravine, de l’ancienne collection Saatchi, représentant la maison de l’architecte canadien Eberhard Zeidler au cœur du ravin de Toronto. Estimé 4 à 6 millions de livres, il a été adjugé 7,6 millions, mieux qu’en mai 2007, où il a été vendu à New York pour 3,6 millions de dollars (2,3 millions de livres).

Evolution des ventes du soir d'art contemporain en fevrier a Londres entre 2007 et 2013

Légende photo

La « London Contemporary Art Evening Auction », la vente Sotheby’s Art contemporain qui a eu lieu à Londres, le 12 février. Source www.sothebys.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque