Art contemporain

Othoniel et le jardin réenchanté

Par Henri-François Debailleux · Le Journal des Arts

Le 13 octobre 2021 - 754 mots

PARIS

Il est le premier artiste invité à occuper l’intégralité du Petit Palais, jardin compris. Ses sculptures, colliers, nœuds ou briques de verre coloré, démultiplient les reflets du lieu et du spectateur, en une exploration du mythe de Narcisse.

Paris. Lorsque Christophe Leribault, alors directeur du Petit Palais, a proposé à Jean-Michel Othoniel (né en 1964) d’être le premier artiste contemporain à investir le musée et son jardin, celui qui venait d’être installé à son fauteuil d’Académicien des beaux-arts a sauté sur l’occasion : elle était pour lui une belle opportunité de conjuguer ses passions pour la littérature, les jardins, les bassins, l’architecture. C’est d’ailleurs la façade du bâtiment, avec sa grille en bronze doré réalisée par Charles Girault pour l’Exposition universelle de 1900, qui lui a inspiré la première œuvre donnée à voir : une rivière, ou une cascade, composée de mille briques bleues miroitées qui épousent les marches du grand escalier du Petit Palais. Ces briques le dévalent vers l’avenue en contrebas comme pour inciter le passant à le remonter et à entrer (gratuitement) à l’intérieur. Elles sont aussi une façon métaphorique de faire déborder à l’extérieur l’eau des trois bassins du jardin qui, caché en plein cœur du musée, est méconnu du public, et d’inviter ce dernier à venir le découvrir ainsi que les œuvres qu’Othoniel a dispersées dans l’intégralité du musée.

À commencer par ces sculptures en perles dorées posées sur chacun des trois bassins pour les faire jouer avec le principe du reflet et introduire le thème de cette exposition intitulée « Le théorème de Narcisse ». Avec un subtil glissement puisque les œuvres sont inspirées par la fleur de lotus. Leur forme tout en boucles et leur brillance se reflètent dans l’eau, qui reflète également le jardin et, lorsqu’on lève les yeux, dialoguent avec les deux Renommées en zinc doré qui trônent sur le dôme.

Des œuvres qui se fondent dans leur décor

Othoniel a souvent évoqué son intérêt pour Raymond Roussel et pour son livre Locus Solus (1914) décrivant le jardin imaginaire de la propriété de Martial Canterel. Mais c’est en se documentant sur le rôle du jardin, et sur celui de l’émerveillement à l’époque de l’Exposition universelle, qu’Othoniel découvre que J.-K. Huysmans, dans À Rebours (1884), évoque un jardin de fleurs artificielles en métal, dans l’esprit de ses lotus dorés. De même que de ses colliers également dorés accrochés à des branches d’arbres telles les pommes d’or du jardin des Hespérides. Le principe de mise en abîme des reflets est repris, démultiplié, dans les six sculptures en inox qui jalonnent le péristyle. Leur socle en miroir réfléchit à la fois le superbe plafond et la sculpture argentée dont chaque boule reflète le jardin, le spectateur qui la regarde et la boule suivante. Et ainsi de suite jusqu’à en perdre… la boule. Certaines sont tellement à la bonne place qu’elles semblent avoir toujours fait partie du décor. C’est notamment le cas de La Couronne de la nuit, accrochée au plafond de la coupole sud, côté Champs-Élysées, au-dessus de l’escalier menant à la salle Girault : elle semble parfaitement à sa place, au point qu’elle vient de faire l’objet d’une acquisition et devient ainsi la première œuvre d’un artiste contemporain à entrer dans les collections du Petit Palais.

On retrouve la métaphore de l’eau dans cette salle Girault, sorte de pendant de la cascade précitée, mais cette fois sous la forme d’un grand rectangle (15 m de long sur 5,50 m de large) réalisé avec les mêmes briques bleues. Comme une pièce d’eau calme au-dessus de laquelle sont suspendus des « Nœuds sauvages », tandis que d’autres, dans la seconde partie de la salle, sont posés sur des socles avec miroirs. Ils dialoguent avec une série de « Precious Stonewall », reliefs muraux subtilement éclairés, composés de cette splendide brique de verre miroité de différentes couleurs (bleu, fushia, jaune, vert…) devenue un module essentiel du travail d’Othoniel depuis une dizaine d’années. Ces nœuds borroméens ont une belle histoire puisqu’ils ont, par hasard et par Internet, trouvé un incroyable écho avec les images virtuelles créées par le scientifique mexicain Aubin Arroyo, nées de ses théories sur les reflets infinis obtenus à partir de modèles mathématiques (les deux hommes se sont rencontrés et ont publié conjointement un livre).

On pourrait penser qu’Othoniel présente trop d’œuvres, 70 au total, quasiment toutes inédites à Paris. C’est son parti pris pour dépayser le spectateur, faire proliférer et rayonner l’image de Narcisse, celle de l’artiste lui-même comme celle des reflets du spectateur et de tout ce qui l’entoure, effectivement à l’infini.

Jean-Michel Othoniel, Le théorème de Narcisse,
jusqu’au 2 janvier 2022, Petit Palais, avenue Winston-Churchill, 75008 Paris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°575 du 15 octobre 2021, avec le titre suivant : Othoniel et le jardin réenchanté

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque