Vendredi 25 septembre 2020

Rétrospective

25 avril 2018, avec l’élection de Fabrice Hyber un vent de jeunisme souffle sur l’Académie des beaux-arts

Par Jérémie Glaize · lejournaldesarts.fr

Le 24 décembre 2018 - 140 mots

PARIS

Après l’élection de Jean-Marc Bustamante et Gérard Garouste, l’Académie des beaux-arts est en train de changer de visage

Fabrice Hyber
Fabrice Hyber
Photo Valérie Zeitoun

Alors que le rejet de sa candidature en décembre 2017 témoignait des réticences tenaces au sein de l’institution, Fabrice Hyber est finalement élu à l’Académie des beaux-arts au fauteuil de Chu Teh-Chun (1920-2014), dans la section de peinture, avec le soutien des artistes Jean-Marc Bustamante et de Gérard Garouste eux-mêmes élus récemment. Fabrice Hyber avait représenté la France à la 47e Biennale de Venise, en 1997, où il avait même reçu le Lion d’or. Son élection à l’Académie, à l’âge de 57 ans, confirme une ouverture grandissante de la vénérable institution à l’art contemporain, mais également un rajeunissement de ses membres. Quelques mois plus tard, en novembre, c’est l’artiste Jean-Michel Othoniel, âgé de 54 ans, qui sera élu à la section de sculpture de l’Académie.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque