Mercredi 11 décembre 2019

Nomination

Gérard Garouste élu à l’Académie des Beaux-Arts, Fabrice Hyber recalé

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 14 décembre 2017 - 353 mots

PARIS

PARIS [14.12.17] - Gérard Garouste a été élu hier mercredi 13 décembre à l’Académie des Beaux-Arts au fauteuil de Georges Mathieu. Une élection qui témoigne du renouveau de la section peinture. Du moins en partie. Le rejet de la candidature de Fabrice Hyber au fauteuil de Chu Teh-Chun illustre des résistances encore tenaces.

L’élection de Gérard Garouste au fauteuil précédemment occupé par Georges Mathieu aurait dû s’accompagner de celle de Fabrice Hyber au fauteuil Chu Teh Chun. Du moins c’est que pronostiquaient ceux qui voyaient dans la candidature de ces deux artistes de renom l’indicateur d’une évolution du regard porté sur l’institution. Gérard Garouste à l’instar de Pierre Soulages ignorait jusqu’à peu les sollicitations.

L’élection de Philippe Garel en 2015 mais surtout celle en 2016 du très dynamique Jean-Marc Bustamante, directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris ont changé la donne. Enfin presque. Car seul Gérard Garouste a été élu hier au siège de Georges Mathieu (1921 – 2012). Fabrice Hyber pourtant grand favori pour le fauteuil de Chu Teh Chun a été recalé.

Ce n’est pas la première fois qu’un fauteuil donne lieu à une élection blanche, surtout en peinture. Certains le regrettent car l’artiste né en 1961, Lion d’or à la Biennale de Venise de 1997, aurait apporté à cette section outre un coup de jeune, une autre vision de l’art et de son univers à l’instar de ce qui s’est passé à la section composition musicale avec l’élection de Régis Campo et Bruno Mantovani, le 17 mai 2017.

L’élection de Gérard Garouste participe toutefois du renouveau de la section peinture engagée depuis deux ans et plus largement à l’image de l’Académie des Beaux-Arts à la gouvernance de son côté objet d’un profond renouvellement cette année.

L’intervention de Françoise Nyssen à la séance plénière de l’Académie des Beaux-Arts du 13 décembre et ses échanges avec ses membres marquent de son côté l’amorce d’un dialogue avec le ministère de la Culture rompu depuis Aurélie Filippetti. Le dernier ministre à être intervenu sous la coupole a été Frédéric Mitterrand lors l’installation de William Christie à l’Académie des Beaux-Arts en janvier 2010.

Légende photo

Gérard Garouste © Frédéric Marigaux pour L'oeil - 2008

Thématiques

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque