Dimanche 18 février 2018

Aurélie Filippetti annonce l’arrêt de plusieurs équipements culturels

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 11 septembre 2012

PARIS [11.09.12] - Interrogée par le journal Le Monde sur la préparation du budget, Aurélie Filippetti a annoncé l’arrêt total ou la reconfiguration de plusieurs projets voulus par l’ancien gouvernement.

L’arrêt des projets de la Maison de l’Histoire de France et de l’hôtel de Nevers n’était qu’un prélude. Aurélie Filippetti a annoncé dans un entretien au Monde de nouveaux abandons de projets et des reports afin de soulager le budget alloué à la culture.

Ainsi, le projet du centre d’art pariétal Lascaux 4 dont le coût était estimé à 50 millions d’euros est abandonné, jugé « non prioritaire ». Même chose pour la salle supplémentaire qui devait accueillir la Comédie Française.

La transformation de la tour Utrillo en Villa Médicis voulue par Frédéric Mitterrand n’est pas abandonnée, mais sera tout de même « retravaillée » et « redimensionnée ». L’école de photographie d’Arles sera déplacée comme prévu, mais la seconde partie du projet concernant les archives photographiques sera réexaminée.

Le projet du centre des réserves des musées à Cergy-Pontoise ne sera pas réalisé. « Nous allons répondre à l'urgence patrimoniale mais l'idée d'un grand centre n'était pas financée et ne pourra pas l'être aujourd'hui » a déclaré Aurélie Filippetti.

Bernard Cazeau président du conseil général de Dordogne a déjà réagi à l’annonce de l’arrêt du projet de centre pariétal Lascaux 4, manifestant sa surprise. Il a d’ores et déjà écrit au président Hollande afin de demander une audience. Il a également précisé que le projet continuerait avec ou sans l’État, comptant sur l’aide de différents partenaires privés déjà engagés dans le projet.

Michèle Tabarot, déléguée générale de l’UMP et ancienne présidente de la commission des Affaires Culturelles de l’Assemblée Nationale a fait part de ses préoccupations à l’annonce de ces abandons, regrettant « que la dynamique culturelle positive engagée par Nicolas Sarkozy connaisse aujourd'hui un coup d'arrêt brutal » et estimant que « le gouvernement va casser le ressort culturel de la France ».

L’ancien ministre de la culture Jean-Jacques Aillagon a quant à lui salué les décisions d’Aurélie Filippetti, déclarant « apprécier le courage » et la « détermination » de la jeune ministre.

Légende photo

Aurélie Filippetti, Ministre de la culture et de la communication - © Photo Korben - 2007

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque