Spécial Covid-19 - Société

Le Covid-19 dans le monde par les correspondants du Journal des Arts

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 16 mars 2020 - 1194 mots

MONDE

Alors que l’Italie est à l’arrêt, les musées anglais restent ouverts. L’impact de l’épidémie sur la culture dans quelques pays.

La National Gallery of Art de Washington a fermé ses portes. © AgnosticPreachersKid, CC BY-SA 3.0.
La National Gallery of Art de Washington a fermé ses portes.

Première semaine de quarantaine totale pour l’Italie
L’Italie est le premier pays européen à avoir été touché par l’épidémie de coronavirus et le plus impacté par ses conséquences aussi bien sanitaires qu’économiques. Le nombre de personnes contaminées par la maladie est de près de 22 000 et les décès plus de 1 500. L’afflux constant de patients met au bord de la rupture les hôpitaux du Nord en première ligne et pourtant les mieux équipés. Pour les soulager et éviter une diffusion de la maladie dans le Sud incapable de faire face à une épidémie d’une telle ampleur, la mise en quarantaine du pays a été progressive puis totale depuis près d’une semaine. Les lieux culturels ont été les premiers concernés avec une fermeture totale aussi bien des théâtres, des cinémas que des musées. Le ministère de la Culture les a enjoint à développer au maximum leurs activités sur Internet et les réseaux sociaux. Pour donner l’exemple, le ministère a organisé sur sa chaîne youtube vendredi dernier, 18h de direct en streaming pour diffuser les témoignages et les appels à la solidarité de toutes les grandes personnalités du monde culturel italien et montrer comment le pays s’organise face à l’épidémie.

Olivier Tosseri, correspondant à Rome

L’Allemagne se barricade
Depuis 8 heures ce matin, l’Allemagne a fermé ses frontières avec la France, l’Autriche, la Suisse le Luxembourg et le Danemark. Les frontaliers et les transports de marchandises peuvent encore passer d’un pays à l’autre mais les particuliers sont refoulés par la police qui a envoyé des forces supplémentaires sur les points de passage pendant le week-end. Aujourd’hui marque aussi la fermeture des écoles, des maternelles et des crèches dans tout le pays. Des différences existent d’un Land à l’autre car l’éducation est gérée par les gouvernements régionaux mais en Bavière les enfants devront rester cinq semaines chez eux avant de retourner en classe. Dans l’état le plus peuplé du pays, les bars, les cinémas et les piscines seront fermés dès demain alors que Berlin a déjà imposé cette interdiction le week-end dernier.
Après les musées et les galeries publics, les institutions culturelles privées ont, presque toutes, stoppé leurs activités. Certaines galeries, vendredi dernier, étaient encore ouvertes mais cela ne devrait plus être le cas cette semaine. L’Etat a déjà garanti que les lieux culturels et marchands allaient pouvoir bénéficier des aides publiques qui vont être débloquées pour limiter l’impact de cette épidémie sur les entreprises.

Frédéric Thérin, correspondant à Munich

En Suisse, une lutte contre le coronavirus en ordre dispersé 
Avec près 2 200 cas testés positifs et 14 décès enregistrés, soit 800 nouveaux cas en 24 heures (chiffres du 15 mars, 18h) les autorités fédérales suisses ont adopté vendredi 13 mars des mesures drastiques face à cette propagation rapide du virus dans le pays : fermeture de tous les établissements scolaires et universitaires, manifestations publiques et privées de plus de 100 personnes interdites, limitation à 50 personnes dans les restaurants et bars. Le respect des consignes est cependant divers selon les 26 cantons : à Bâle, dans le Jura ou au Tessin où l’état d’urgence a été déclaré, tous les musées ont fermé jusqu’à nouvel ordre, tout comme les musées de Lausanne ou la Fondation Gianadda en Valais. A Zurich, la Kunsthaus, fermée pour le week-end, réfléchit à une ouverture partielle dès la semaine prochaine tandis que les musées de Berne, la capitale fédérale, étaient toujours ouverts ce dimanche limitant l’accès aux salles d’exposition à 100 personnes.

Ingrid Dubach-Lemainque, correspondante à Neuchâtel

Les Britanniques s’inquiètent du manque d’action visible du gouvernement
Ce week-end, les Britanniques se sont rués sur les marchés et les supermarchés. Ils doutent en effet de l’efficacité des mesures mises en place par le gouvernement. Le premier ministre Boris Johnson et ses conseillers médicaux et scientifiques veulent attendre l’approche du pic de l’épidémie pour prendre des mesures fortes. Résultat : ni interdiction de rassemblements, ni fermeture d’écoles, de frontière ou de commerces comme dans la plupart des pays du continent européen. Patrick Vallance, une sommité scientifique et conseiller du gouvernement, justifie ces choix : « Nous ne devons pas demander des choses qui auront peu d’effets même si elle paraissent censées : cela pousse les gens à ne pas faire les choses qui importent vraiment ». Les grands musées indiquent donc être « ouverts comme d’habitude » sur leur site Internet. Dimanche soir, le nombre de malades avait atteint 1 372 sur 40 279 personnes testées pour 35 décès.

Tristan de Bourbon, correspondant à Londres

Les grandes institutions culturelles américaines ferment tour à tour
Aux Etats-Unis, 41 morts et plus de 1 600 cas de Covid-19 ont été recensés par les autorités de santé publique. Après avoir décidé d’interdire d’entrée sur le territoire la plupart des voyageurs en provenance d’Europe, Donald Trump a décrété, vendredi, l’état d’urgence nationale pour débloquer des financements supplémentaires. Plusieurs Etats ont pris des mesures drastiques pour limiter la propagation du virus (fermetures d’écoles, limitation des rassemblements…). Dans tout le pays, les grandes institutions culturelles ont fermé leurs portes dès le week-end passé (Guggenheim, Met, National Gallery of Art à Washington, Getty Museum à Los Angeles...). D’autres feront de même dès lundi. À l’image du MoMA et de ses antennes, beaucoup d'institutions prévoient de ré-évaluer la situation au 31 mars. Les théâtres de Broadway, qui ont fermé leurs portes à la suite de la décision du gouverneur new-yorkais Andrew Cuomo d’interdire les rassemblements de plus de 500 personnes, resteront clos jusqu’au 12 avril au moins, laissant craindre un manque à gagner de 100 millions de dollars en ventes de tickets. Christie’s, Sotheby’s et d’autres maisons de vente aux enchères présentes aux Etats-Unis ont suspendu leurs événements de mars et avril, y compris les ventes prévues dans le cadre de l’Asian Week New York, grand rendez-vous dédié à l’art asiatique en mars.

Alexis Buisson, correspondant à New York

La Russie observe le Covid-19 avec perplexité
Si le monde de la culture russe observe avec effarement la fermeture des grands musées hors de Russie, ce n’est pas -encore- à l’ordre du jour. Seul le musée d'art contemporain privé Le Garage a pris les devants en fermant ses portes samedi. Ce matin lundi, c'était au tour d'un autre musée privé moscovite (Muzeï AZ) et du Centre Eltsine à Ekaterinbourg d'annoncer la même mesure. Mais à l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, on observe seulement une légère baisse de la fréquentation et son directeur Mikhaïl Piotrovsky a ordonné aux employés en contact avec le public de porter des masques hygiéniques. Deux foires d'art (DA! Moscow et ARCH Moscow) ont malgré tout annulé leur édition printanière. Plusieurs productions cinématographiques ont également reporté leurs sorties en salles. En fait le gouvernement met la priorité sur la protection de l'économie des effets de la pandémie. La vie sportive continue comme d'habitude, sur un mode bravache, avec par exemple les supporters de foot de Saint-Pétersbourg brandissant d'immenses bannières, « nous sommes prêts à mourir pour le Zenit [leur équipe]». Les mesures gouvernementales se limitent pour l'instant à fermer les frontières et les liaisons aériennes avec les pays les plus touchés. 63 personnes sont officiellement contaminées en Russie.

Emmanuel Grynszpan, correspondant à Moscou

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque