Mercredi 18 septembre 2019

Patrimoine

La cathédrale de Saint-Isaac échappe aux orthodoxes russes

MOSCOU / RUSSIE

Le monument, très visité par les touristes, et de ce fait très rémunérateur, restera dans le giron de la ville de Saint-Pétersbourg.

La cathédrale Saint-Isaac, à Saint-Pétersbourg - Photo A. Fedorov
La cathédrale Saint-Isaac, à Saint-Pétersbourg.
© Photo A. Fedorov

Moscou. Contre toute attente, malgré son poids politique important, le clergé orthodoxe russe n’est pas parvenu à prendre possession de la célèbre cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg. Au terme d’une bataille de trois ans entre le clergé, soutenu par les édiles locaux, et la société civile, menée par des directeurs de musées, le Comité des propriétés foncières de Saint-Pétersbourg a tranché en faveur du second camp. Le 10 janvier, le comité a annoncé « l’expiration de l’ordre concernant le transfert de la cathédrale Saint-Isaac à l’Église orthodoxe russe ». Le clergé s’efforce depuis longtemps de reprendre possession de toutes les propriétés foncières confisquées après la révolution de 1917 par le pouvoir soviétique. La cathédrale Saint-Isaac, qui fut fermée en 1928, transformée en un musée de l’athéisme puis en un musée d’histoire et d’art, était jusqu’en 1990 l’une des priorités du patriarcat de Moscou.

Ce qui a indigné les Pétersbourgeois, c’est le fait que le clergé aurait disposé, dans la perspective de ce transfert, de la pleine jouissance (y compris financière) du monument historique, l’une des principales attractions touristiques de la ville, ceci sans obligations financières. Autrement dit, l’Église aurait capté les revenus générés par la cathédrale et le musée qui s’y trouve toujours. Au cours des trois dernières décennies, touristes, conservateurs et pratiquants cohabitaient pacifiquement dans la cathédrale, où les services religieux avaient été rétablis.

Le directeur de l’Ermitage et président de l’Union des musées de Russie, Mikhaïl Piotrovski, a été l’un des principaux opposants à ce transfert, au côté du directeur du musée de la cathédrale Saint-Isaac, Nikolaï Bourov. Le clergé orthodoxe bénéficiait, lui, du soutien du gouverneur de la ville, récemment limogé, ainsi que celui de personnalités conservatrices. Le ministère de la Culture s’était également rangé derrière les conservateurs.

La cathédrale Saint-Isaac a été bâtie entre 1818 et 1858 (année de son inauguration) par l’architecte français Auguste Montferrand. C’est la plus grande église orthodoxe de Saint-Pétersbourg. Elle appartient à la Ville sous le statut de monument-musée d’État.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°515 du 18 janvier 2019, avec le titre suivant : La cathédrale de Saint-Isaac échappe aux orthodoxes russes

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque