Mercredi 11 décembre 2019

Politique

POLITIQUE CULTURELLE

Happy end en demi-teinte pour le Frac Ile-de-France

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 13 décembre 2017 - 352 mots

PARIS

La Mairie de Paris est finalement revenue sur sa décision de supprimer son financement du Plateau, mais en l’amputant d’un tiers.

Paris. La décision de la Ville de Paris de supprimer la subvention de 140 000 euros au budget 2018 du Fonds régional d’art contemporain d’Île-de-France (Frac) a eu son effet. Agnès Evren, vice-présidente de la région Île-de-France, en charge de la Culture, du Patrimoine et de la Création s’en est inquiétée. La Mairie de Paris confirmait de son côté au Journal des Arts sa décision face « à la réorientation des priorités du Plateau [Le Frac-IDF] depuis l’élection de Valérie Pécresse à la présidence de la région », disait-on au cabinet d’Anne Hidalgo. « On assiste d’autre part à une réorientation des actions vers des priorités avant tout régionales. Le Forum des images a ainsi perdu 125 000 euros de subventions », précisait-on également.

« Supprimer votre soutien au Plateau, n’est-ce pas prendre le risque de le voir disparaître », s’interrogeait une brochette de personnalités du monde des arts et de la culture dans la lettre ouverte au maire de Paris. Le budget du Frac (1,96 M€) est financé majoritairement par la région (1,46 M€), suivi de l’État (400 000 €) et de la Ville de Paris (140 000 €).

Résultat de ce nouveau bras de fer entre les deux élues : ce sont 95 000 euros de subvention qui sont au final alloués au Plateau par la Mairie de Paris où l’on demande une réunion avec la région et l’État « afin de remettre les choses à plat ». En janvier, les trois partenaires pourraient se réunir. Reste à savoir si Xavier Franceschi, directeur du Frac Île-de-France, trouvera du côté de l’État, le partenaire prêt à accroître sa subvention 2018 pour compenser ou non les 45 000 euros manquants. Rien n’est encore décidé au ministère de la Culture. Cependant, le niveau de participation de l’État dans le Frac Île-de-France est le plus faible parmi les 22 autres Frac de l’Hexagone. En onze ans, la participation de l’état est toutefois passée de 10 à 20 % après une période de désengagement.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°491 du 15 décembre 2017, avec le titre suivant : Happy end en demi-teinte pour le Frac Ile-de-France

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque