Disparition

Décès brutal de Delphine Levy, directrice de Paris Musées

Par Fabien Simode · lejournaldesarts.fr

Le 15 juillet 2020 - 542 mots

La directrice des musées de la Ville de Paris vient de disparaître à l’âge de 51 ans. 

Delphine Lévy. © Photo Delphine Ghosarossian
Delphine Lévy.
© Photo Delphine Ghosarossian

« La Ville de Paris, au nom de ses agents et de ceux de Paris Musées, salue la mémoire de Delphine Levy, son intelligence, son dynamisme et son engagement sans faille au service de la culture et des Parisien.ne.s. » C’est ainsi que Paris Musées a annoncé, mardi 14 juillet 2020 sur ses réseaux sociaux, la disparition soudaine de sa directrice. Dans un communiqué envoyé dans l’après-midi, la maire de Paris Anne Hidalgo et son adjoint à la culture, Christophe Girard, ont tenu « à rendre un hommage personnel à la femme de culture et de dialogue qu’elle était », ajoutant que cette disparition représente « une perte considérable pour le monde de la culture, la Ville de Paris et tous les agents de Paris Musées ».

Diplômée en sciences politiques et en histoire de l’art, Delphine Levy est une ancienne élève de l’École nationale d’administration (ENA)  (promotion 1992-1994, Antoine de Saint-Exupéry). Passée d’abord par les cabinets de Nicole Péry (secrétaire d’État aux droits des femmes et à la formation professionnelle, conseillère technique chargée de l’égalité professionnelle), de Martine Aubry et d’Élisabeth Guigou (ministres de l’Emploi et de la Solidarité) sous le gouvernement Jospin, elle entre en 2001 à la Mairie de Paris en tant que conseillère technique, notamment en charge de la solidarité, de l’emploi et de la politique de la ville. Devenue directrice adjointe en charge de la culture au sein du cabinet de Bertrand Delanoë en 2008, Delphine Levy dirige la mission de préfiguration de Paris Musées en 2011, avant d’en prendre la direction en juin 2012.

Femme de dialogue, bienveillante et discrète, mais dont tout le monde souligne « la détermination hors du commun », Delphine Levy dirigeait l’établissement public depuis cette date. Sans rien sacrifier à la qualité et à l’exigence de la programmation des institutions de la ville (parmi lesquels le Petit Palais, le Musée d’art moderne de Paris, le Palais Galliera, les musées Bourdelle et Carnavalet), Delphine Levy était soucieuse de diversifier les publics en travaillant sur la médiation des expositions, des catalogues et des sites Internet – dont l’important chantier de numérisation des œuvres – des musées. 

En 2016, elle était passée de l’autre côté de la barrière en assurant le commissariat de l’exposition de Walter Sickert (1860-1942) au Musée de Dieppe, peintre provocateur et scandaleux, précurseur de la figuration moderne, dont les œuvres conservées à l’Ashmolean Museum d’Oxford l’avait subjuguée.

Pilote du plan de rénovation des quatorze institutions de Paris Musées lancé par Anne Hidalgo en 2015, Delphine Levy avait inauguré, en 2019, le nouveau Musée de la Libération de Paris – Musée du Général-Leclerc – Musée Jean-Moulin, situé place Denfert-Rochereau. Elle n’aura en revanche pas eu le temps de rouvrir au public le Musée Carnavalet, dont l’inauguration initialement prévue en juin 2020 a été reportée à la suite de la pandémie de Covid-19, ni le Palais Galliera, dont la réouverture est prévue le 1er octobre prochain. 

Femmes et hommes politiques, conservateurs de musées, historiens de l’art… tous se disent terrassés par la disparition de cette femme à « l’intelligence brillante » et « aux valeurs profondément humaines », militante infatigable de la démocratisation culturelle.
 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque