Drôme

Un nouveau musée d’art brut à côté du Palais du Facteur Cheval

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 22 novembre 2016 - 457 mots

Un musée d’art brut à l’initiative de Bruno Decharme et Antoine de Galbert devrait ouvrir ses portes en 2019 à Hauterives non loin du Palais idéal du Facteur Cheval.

HAUTERIVES - Deux des porteurs du projet, le collectionneur Bruno Decharme et le président de la Maison Rouge, Antoine de Galbert – qui est aussi le président de l’association des Amis du facteur – disent vouloir en faire « le centre mondial de l’art brut ». Celui-ci sera implanté à Hauterives, une commune de 1 800 habitants située dans la Drôme qui tient sa renommée du Palais idéal du Facteur Cheval. Cette imposante construction baroque, achevée en 1912, a été classée monument historique en 1969. Elle accueille, bon an mal an entre 120 000 et 160 000 visiteurs. C’est ici, à quelques centaines de mètres du Palais idéal, qu’un nouveau musée d’art brut devrait voir le jour en 2019. Ce musée renfermera la collection du réalisateur de documentaires Bruno Decharme : un ensemble de près de 5 000 pièces réputé être l’une des plus belles collections d’art brut au monde en mains privées. Le musée sera hébergé dans le château communal d’Hauterives, un édifice du XVIIe siècle de 600 m2 qui accueille déjà des expositions estivales. « Notre objectif ? Transformer ce lieu touristique en un lieu culturel. Faire que les visiteurs se rendent à Hauterives pour le Palais idéal, mais aussi pour le musée en leur proposant un billet groupé dont le prix sera légèrement augmenté », explique Bruno Decharme.

Dépôt de la collection, puis donation

3 millions d’euros de travaux seront nécessaires pour transformer le château en un musée de 1 000 m2 flanqué d’un restaurant et d’une salle de projection. Les frais seront pris en charge par les collectivités locales, par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Conseil Départemental de la Drôme, la Communauté de communes, et la commune d’Hauterives, propriétaire du château et du Palais idéal. « Nous en sommes encore à la phase d’études et de faisabilité du projet. Il faut qu’on le nourrisse et qu’on lui donne plus de corps », tempère Marie-José Georges, la directrice du Palais idéal du facteur Cheval, pressentie pour devenir également la directrice du musée. Celle-ci soulignait, le 16 novembre, qu’il fallait encore « convaincre les élus locaux », la Région notamment, dont elle dit attendre la réponse après un déplacement des élus – « très enthousiastes » – à Hauterives. Quels seront les engagements du collectionneur ? Il a été convenu, dans un premier temps, de « faire un dépôt de toute la collection pendant une durée de dix ans », précise Bruno Decharme. Dépôt qui serait suivi d’une donation de la collection ou d’une partie de celle-ci « si les épousailles se passent bien », note Marie-José Georges.

Légende photo

Palais du Facteur Cheval © Photo Marine69 - 2007 - Licence CC BY-SA 3.0

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°468 du 25 novembre 2016, avec le titre suivant : Un nouveau musée d’art brut à côté du Palais du Facteur Cheval

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque