Jeudi 13 décembre 2018

Société

Un collectif américain d’écologistes pointe du doigt le mécénat de Total au Louvre

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 18 janvier 2017 - 678 mots

PARIS [18.01.17] – La fondation d’entreprise Total apporte un soutien financier au Musée du Louvre depuis près de vingt ans. Un collectif a lancé le 13 janvier dernier une pétition pour que cette relation cesse.

Pour le collectif 350.org, le constat est sans appel : « En acceptant de recevoir des dons d’entreprises du secteur des combustibles fossiles, telles que Total, le Musée du Louvre contribue à renforcer l’idée que nous pouvons exploiter les combustibles fossiles sans dommage ». L’organisation à but non lucratif américaine a publié vendredi 13 janvier un appel à « libérer le Louvre des fossiles », accompagné d’un rapport sur la stratégie climat du groupe.

A deux jours de l’investiture du nouveau Président des Etats-Unis qui entretient le flou sur l’annulation de l’accord de Paris sur le climat et qui alimente des propos contradictoires sur le réchauffement climatique, la pétition somme le Musée du Louvre de « mettre immédiatement terme à ses liens avec Total et l’industrie des combustibles fossiles ». Le nombre de signataires est à ce jour inconnu (*).

Le Louvre s’est défendu auprès du site Médiapart en assurant : « Le partenariat avec la Fondation Total nous permet aujourd’hui, dans le plus strict respect de la législation en vigueur, de mener un nombre important de dispositifs, de projets et de programmes majeurs, notamment dans le domaine de la démocratisation culturelle. Sans ce soutien financier décisif, nous serions dans l’obligation d’y renoncer à très court terme ».

La fondation d’entreprise Total, créée en 1992, soutient financièrement le Louvre depuis près de vingt ans. Qualifiée de « mécène exceptionnel » par le Louvre, - ceux dont le soutien permet au musée de poursuivre ses grandes missions patrimoniales, éducatives, et sociales - elle a soutenu six grandes expositions au cours de ces cinq dernières années, parmi lesquelles « Au royaume d'Alexandre le Grand - La Macédoine antique (13 octobre 2011 - 16 janvier 2012) et « Sites éternels De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel « (14 décembre 2016 - 9 janvier 2017). Outre le financement des expositions, le mécénat du groupe pétrolier a permis la rénovation de la Galerie d’Apollon et des salles du département des arts de l’Islam ainsi que l’accompagnement d’ « opérations destinées à ouvrir le musée aux publics en situation de précarité économique et sociale », notamment à travers la « Semaine de la femme » depuis 2011. Total est par ailleurs mécène principal de La Petite Galerie du Louvre consacrée à l’éducation artistique et culturelle des jeunes publics.

Le montant que représente le mécénat du groupe pétrolier sur le budget du Louvre n’est pas communiqué. Selon 350.org, il serait de l’ordre de 16 millions de dollars, soit 8 % du budget de l’établissement public (199 millions d’euros). Si Total bénéficie d’avantages en nature, comme l’accès aux salles d’exposition pour ses salariés, « le groupe pétrolier n’intervient pas dans les choix artistiques du musée » a indiqué Jean-Luc Martinez dans un courrier daté du 12 janvier que s’est procuré Médiapart. Dans cette lettre adressée à Nicolas Haeringer, le coordinateur des campagnes de 350.org, le président directeur du Musée du Louvre précise par ailleurs que « le mécénat en France ne peut se confondre avec des opérations de communication. Les salles ou propositions de parcours ne sont pas rebaptisées du nom du mécène, contrairement aux pratiques des pays anglo-saxons qui se rapprochent davantage du sponsoring ou du parrainage en contrepartie d’une visibilité hautement affirmée ».

Au Royaume-Uni, le mécénat culturel des groupes pétroliers est critiqué par des associations écologistes depuis plusieurs années. En mars 2016 British Petroleum a annoncé mettre un terme en janvier 2017 au soutien financier que le groupe apportait à la Tate depuis 26 ans. En revanche, les contrats de mécénat avec le British Museum et la National Portrait Gallery ont été renouvelés, de même que ceux avec la Royal Shakespeare Company et le Royal Opera House.

(*) Note - Mise à jour 20 janvier 2017

Au 19 janvier 2017, plus de 6 000 personnes avaient signé l’appel, selon le collectif 350.org.

En savoir plus
Consulter la fiche biographique de Jean-Luc Martinez

Légende Photo :
Visuel de la campagne "Zéro fossile" lancée par l’ONG internationale 350.org. Le site gofossilfree.org est édité par 350.org.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque