Nomination

Sylvie Hubac quitte prématurément la RMN-Grand Palais

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 7 juin 2018

PARIS

La présidente écourte son mandat à la tête de l’établissement public, qui se terminait en 2021 pour rejoindre le Conseil d’Etat.

Sylvie Hubac (portrait)
Sylvie Hubac
Photo Mirco Magliocca

Sylvie Hubac (62 ans) ne sera restée que deux ans et quelques mois à la présidence de la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais. Sa nomination en février 2016 avait un peu surpris, quelques mois auparavant elle dirigeait encore le cabinet de François Hollande à l’Elysée. Mais l’on commençait à s’habituer à ces hauts fonctionnaires qui viennent pantoufler dans la Culture.

Mais à y regarder de plus près, son parcours professionnel a plusieurs fois croisé la Culture. Sortie de l’ENA en 1980 (la fameuse promotion Voltaire), elle rejoint le Conseil d’Etat avant un passage au cabinet du premier ministre Michel Rocard puis celui de Jack Lang à la Rue de Valois en tant que directrice adjointe. Elle retourne au ministère de la Culture de 2000 à 2004, cette fois dans l’administration où elle prend la tête de la direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, l’ex direction de la Création d’aujourd’hui. Elle a également présidé la commission de classification des œuvres cinématographiques.

La RMN-GP s’avère être loin d’un lieu de villégiature. Les attentats parisiens affectent la fréquentation du Grand Palais et celle des grands musées nationaux dans lesquels l’établissement public gère les librairies boutiques. Le chiffre d’affaires 2016 baisse de 13 % pour s’établir à 99 M€. Le budget initial 2017 est bâti avec un déficit prévisionnel de 1,2 M€. Sylvie Hubac doit consacrer une grande partie de son temps à contrôler les coûts et réduire la voilure.

Elle se console en réussissant à boucler le schéma d’investissement de la rénovation du Grand Palais qui fermera de 2020 à 2023. La nouveauté du financement des 466 millions de travaux réside dans le mécénat de Chanel qui en contrepartie de 25 M€ va donner son nom à l’entrée monumentale sur l’avenue Wilson.

Son départ a pris de court le ministère – son mandat se terminait en janvier 2021 - qui n’évoque pas de dispositions pour sa succession dans le communiqué de presse. Elle rejoindra le 5 juillet la présidence de la section intérieure du Conseil d’Etat.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque