Musée

Richard Armstrong défend le projet du Guggenheim Abou Dhabi

Par Aurélie Baert · lejournaldesarts.fr

Le 11 juin 2015 - 340 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [11.06.15] - Richard Armstrong, directeur du Guggenheim, publie une lettre dans laquelle il défend le projet du Guggenheim Abou Dhabi. C’est une réponse à l’article critique publié dans le New York Times, par Nicholas McGeehan, chercheur pour l’ONG Human Rights Watch.

Richard Armstrong, directeur de la Solomon R. Guggenheim Foundation
Richard Armstrong, directeur de la Solomon R. Guggenheim Foundation

Le 4 juin, Richard Armstrong, directeur du Guggenheim, a écrit une lettre adressée à Nicholas McGeehan, chercheur pour l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch. Il y défend les valeurs du projet du Guggenheim Abou Dhabi et répond aux critiques du chercheur.

Dans un article, publié le 28 mai dernier dans le New York Times, intitulé « Art et Hypocrisie dans le golf », Nicholas McGeehan avait abordé les problématiques liées aux chantiers des trois institutions muséales occidentales sur l’île de Saadiyat à Abou Dhabi et notamment la situation des ouvriers des chantiers. Il rappelle également la situation des deux artistes, membres du Gulf Labor, qui n’avaient pas été autorisés à entrer sur le territoire des Emirats arabes unis. Enfin, il critique l’absence de liberté d’expression aux Emirats arabe unis, valeur pourtant essentielle pour le Guggenheim. Pour Nicholas McGeehan, le Guggenheim « apporte une image de respectabilité à un Etat autocratique ».

Dans sa lettre, Richard Armstrong réaffirme que le Guggenheim Abou Dhabi est une opportunité unique de créer un échange culturel dynamique. Pour répondre aux critiques concernant le travail des ouvriers, il précise que le Guggenheim collabore avec le Tourism Development & Investment Company pour améliorer leurs conditions de travail. A propos des artistes qui n’ont pas été autorisés à entrer sur le territoire des Emirats arabe unis, il écrit que le « Guggenheim n’était pas compétent pour intervenir ». Le directeur regrette les critiques et le manque de reconnaissance des efforts entrepris par le Guggenheim.

Dans le même temps, une lettre ouverte a été signée par 60 conservateurs, et directeurs de musées, parmi lesquels, le directeur du MoMA, Glenn Lowry, la directrice du Brooklyn Museum Anne Pasternak et Nicholas Serota, directeur de la Tate. Cette lettre va dans le même sens que l’article de Nicholas McGeehan.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque