Lundi 16 décembre 2019

Musée

Pourquoi l’Égypte fascine tant !

Par Marie Zawisza · L'ŒIL

Le 28 juin 2018 - 2110 mots

LE CAIRE / EGYPTE

L’exposition-événement de l’été ? « L’or des pharaons » à Monaco, qui présente des chefs-d’œuvre inédits du Musée du Caire. Le succès promet d’être au rendez-vous, les expositions dédiées à l’Égypte attirant toujours les foules. Analyse d’un envoûtement.

D’un coup, la ville grouillante, bruyante s’arrête. Les klaxons des voitures et des motos qui doublent parfois des ânes tirant des chariots de pastèques cèdent la place au silence du désert. À cette orée du monde de la mort, les pyramides des « pharaons bâtisseurs » – celles de Khéphren, Khéops et Mykérinos sont les dernières des sept merveilles du monde encore debout – se dressent vers le ciel. Non loin de là, au sud du Caire, s’étend la vaste nécropole de Saqqarah, dominée par le premier édifice en pierre d’Égypte, la pyramide à degrés construite par l’architecte Imhotep pour son pharaon Djéser. Elle fut érigée presque deux millénaires avant Homère, et deux mille six cents ans avant Jésus-Christ.

À quelques kilomètres, voici Dahchour, avec sa majestueuse pyramide rhomboïdale, jouxtant la pyramide rouge du pharaon Snéfrou. C’est là, dans cette envoûtante région du Caire, que furent exhumés quelques-uns des chefs-d’œuvre conservés au Musée national du Caire et exposés cet été, à titre exceptionnel, au Grimaldi Forum de Monaco, à l’occasion du transfert d’une partie des collections vers le nouveau Musée du Caire. Ils y sont les ambassadeurs de ce monde ancien qui nous fascine. Pendant les deux mois d’été, du 7 juillet au 9 septembre, ils attireront des dizaines de milliers de visiteurs au Grimaldi Forum. Car l’Égypte aimante : les expositions organisées sur le thème de l’Égypte ancienne sont des succès populaires, avec, pour record, celle de « Toutankhamon » en 1967, qui a attiré plus de 1,2 million de visiteurs…

Les Romains, déjà…

Sans doute notre passion est-elle héritière de celle des Grecs et des Romains pour les Égyptiens. Dès le Ve siècle av. J.-C., l’historien grec Hérodote s’étonne de ce peuple qui fait tout à l’envers par rapport aux Grecs. « Les Égyptiens, qui vivent sous un climat singulier, au bord d’un fleuve offrant un caractère différent de celui des autres fleuves, ont adopté aussi presque en toutes choses des mœurs et des coutumes à l’inverse des autres hommes. Chez eux, ce sont les femmes qui vont au marché et font le commerce de bétail ; les hommes restent au logis et tissent », écrit-il au début de sa description de l’Égypte. « En soulignant les différences entre les Grecs et ces Barbares, il s’attache à fonder l’identité grecque », observe Philippe Jockey, archéologue du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille.

Pour les Romains, qui contrôlent la vallée du Nil à partir du Ier siècle av. J.-C., la culture orientale, opposée à la rectitude de la vie romaine, apparaît à bien des égards condamnable… Il n’empêche que les contemporains romains de Cléopâtre découvrent aussi une religion qui constitue depuis 3 000 ans la clé de voûte de la civilisation égyptienne, et le culte d’Osiris – roi légendaire ayant été assassiné et dépecé par son frère Seth, avant de ressusciter grâce à l’action de son épouse Isis – leur apparaît particulièrement séduisant. « Son culte, qui promet aux fidèles une même résurrection, arrive à point dans le monde romain où, selon les conceptions classiques, la vie est une fin en soi ; celle-ci acquiert dès lors une valeur de prélude à l’éternité, où tout acte sera compté. On comprend les raisons de la rapide diffusion de cette religion pleine d’espérance », écrit l’égyptologue Christiane Ziegler dans le catalogue de son exposition « Egyptomania » en 1994. Les Romains érigent dès lors des temples consacrés à Isis. À Rome même, un collège isiaque est attesté vers 80 av. J.C.

Mystérieuse Égypte

Aujourd’hui encore, cette foi qui a donné aux Égyptiens la force de transporter des blocs de pierre de deux à quinze tonnes pour ériger leurs monumentales pyramides, nous émeut, car la question de la mort et de son possible au-delà demeure sans doute l’une des interrogations essentielles de l’humanité. « C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles les pyramides, ces monuments funéraires érigés dans le désert – monde de la mort – au bord du Nil, qui apporte la vie, nous interpellent avec une telle puissance », analyse le directeur du futur Musée du Caire Tarek Sayed Tawfik. « De même, les dieux égyptiens nous captivent parce qu’ils combinent figures humaines et animales avec un art tel qu’il donne à voir et fait ressentir la croyance de ce peuple. » De fait, jusqu’au XIXe siècle, on imagine que les hiéroglyphes, qu’on n’a pas encore déchiffrés, nous donneront accès à des mystères de toute sorte. Depuis le Moyen Âge, l’Égypte habite les imaginaires, notamment à travers la Bible : les pierres chargées de hiéroglyphes donneraient accès, pensait-on, à des descriptions bibliques de la vie des Hébreux en Égypte, et de leur exode guidé par Moïse.

La campagne de Napoléon en Égypte inaugure cependant une ère nouvelle. Pour bloquer la route des Indes à la Grande-Bretagne, le général Bonaparte entreprend en 1798 de s’emparer de l’Égypte. Savants, historiens, botanistes, dessinateurs accompagnent le futur empereur pour redécouvrir les merveilles de l’Égypte et en rendre compte. Parmi eux, Dominique Vivant Denon, qui est le premier à s’intéresser réellement à l’art égyptien, publie en 1802 pas moins de trois cents dessins et croquis, sous l’intitulé Voyages dans la Basse et la Haute-Égypte.

Des découvertes majeures

Mais aussi, c’est pendant cette campagne, en 1799, qu’est découverte une stèle qui bouleversera notre rapport à l’Égypte : la pierre de Rosette. Sur cette pierre de granit noir est gravé un décret sacerdotal du IIe siècle av. J.-C. en trois versions identiques : en hiéroglyphes, en démotique (écriture cursive de l’égyptien) et en grec. En 1822, un Français, Jean-François Champollion, parvient à déchiffrer les hiéroglyphes. D’un coup, sur les stèles, les papyrus ou au sein des pyramides, la culture, les croyances, l’histoire égyptienne nous sont révélées. L’Égypte, qu’on croyait immuable, se révèle dans son historicité. En 1826, est créé ce qui deviendra le département des antiquités égyptiennes du Louvre. Désormais, le grand public a un accès direct aux trésors des tombes royales d’Égypte. Un coup de tonnerre…

D’autres suivront. En 1850, l’égyptologue français Auguste Mariette entreprend de fouiller le site de Saqqarah, dans la région de Memphis ; c’est le véritable début de l’aventure de l’archéologie égyptienne. Depuis, notre intérêt pour l’Égypte ne cesse d’être alimenté par de nouvelles découvertes, d’autant plus étonnantes que les vestiges se trouvent souvent dans un état remarquable. « Le climat sec du désert et le sable permettent une excellente conservation des artefacts », souligne Christiane Ziegler, qui assure le commissariat de l’exposition « L’or des pharaons » au Grimaldi Forum. Un exemple ? La barque funéraire de Khéops, exhumée en 1954 au pied de la pyramide de Khéops, à Gizeh : entièrement remontée, exposée dans un musée monté pour elle in situ, cette embarcation en bois de cèdre de plus de 43 m de longueur frappe par son excellente conservation, de la structure aux cordages en passant par les détails sculptés de ses rames. Ou encore les sandales de Toutankhamon ou ses délicats lits funéraires en bois, parfaitement conservés, qui se refont actuellement une beauté dans les laboratoires du nouveau Musée du Caire.

La fascination pour Toutankhamon

Toutankhamon ? La découverte de sa tombe, en 1922, constitue de fait l’une des découvertes majeures du XXe siècle. Elle embrase le public. Cette année-là, donc, l’archéologue britannique Howard Carter découvre le tombeau presque inviolé d’un jeune pharaon alors méconnu : Toutankhamon. On y trouve un masque funéraire en or, cercueils et sarcophages, vases canopes, mobilier funéraire, jouets du pharaon enfant, etc. L’enthousiasme provoqué par cette découverte est tel que, quarante-cinq ans plus tard, en 1967, 1,2 million de personnes se pressent pour voir de leurs propres yeux son trésor, exposé au Grand Palais. Pas question de manquer l’occasion de contempler le visage éclatant du jeune pharaon. Le matériau de son masque funéraire, l’or, est inaltérable : d’un coup, on se retrouve face à face avec un roi presque enfant sur qui le temps et la mort semblent ne pas avoir eu de prise. « Le succès des expositions Toutankhamon tient aussi au caractère magique et exceptionnel d’une tombe royale inviolée dont les objets sont parfaitement conservés. Mais surtout, il réside dans le drame de ce pharaon, couronné à 8 ou 9 ans et mort à 18 ans, avec un visage dont la jeunesse éclate aux yeux », enchérit Tarek Sayed Tawfik, directeur du nouveau Musée du Caire.Une mine d’or à mettre en valeur ? Sans doute. Le nouveau Musée du Caire, qui devrait ouvrir partiellement fin 2018, entend bien profiter de cet engouement populaire pour attirer des visiteurs et relancer le tourisme, en berne depuis la révolution de 2011 : pas moins de 7 000 m2 seront consacrés à Toutankhamon, dont les 5 000 pièces de la sépulture seront toutes exposées, pour la première fois. D’ores et déjà, une exposition de certains des trésors de sa sépulture sillonne le monde, de la Californie au Japon en passant par La Villette en 2019 – même si la loi égyptienne interdit désormais que le masque funéraire du pharaon quitte le territoire. « Cette exposition est une ambassadrice formidable pour le nouveau musée, au même titre que l’exposition du Grimaldi Forum, dont les cent cinquante pièces exceptionnelles seront exposées dès leur retour », reconnaît le ministre des Antiquités Khaled al-Anani. L’enjeu n’est pas seulement économique, mais aussi politique. Car l’Égypte, dont le président (le maréchal al-Sissi) livre une guerre sans merci aux islamistes, tient les trésors de ses pharaons pour une arme contre le terrorisme : « Nous le combattons avec ce qui nous est le plus cher : notre histoire », explique le ministre.

Des histoires romanesques

Ainsi, depuis 2014, les fouilles ont repris sous son impulsion. Mais si l’on s’émerveille des pièces exhumées à Louxor ou des statues monumentales de Ramsès II mises au jour récemment dans la banlieue du Caire, les nouvelles technologies apportent désormais elles aussi leur lot de sensations fortes, témoignant de la vitalité culturelle de l’Égypte. Ainsi, en 2015, l’archéologue britannique Carl Nicholas Reeves provoque la stupeur : il affirme avoir observé sur un scan en très haute définition des inégalités sur les parois du tombeau de Toutankhamon, indiquant la présence d’une chambre secrète qui, selon lui, abriterait… la dépouille de Néfertiti, l’une des plus célèbres reines d’Égypte. Un véritable polar ! En novembre 2017, la revue Nature publie à son tour une découverte digne d’un roman de Barjavel, au cœur de la dernière merveille du monde encore debout : celle d’une mystérieuse cavité de 30 m de longueur dans la pyramide de Khéops, détectée par la mission internationale ScanPyramids permettant de radiographier les monuments grâce aux particules du rayonnement cosmique. De quoi piquer la curiosité des scientifiques, comme des nostalgiques d’Indiana Jones… et, peut-être, relancer l’intérêt des voyageurs pour la terre des pyramides. En attendant, les amateurs d’art et d’histoire ont actuellement la chance unique de visiter, sans touristes ou presque, les plus émouvants sites égyptiens et de contempler en silence les délicats bas-reliefs de la mastaba du vizir Kagemni à Saqqarah, peuplés de poissons, de crocodiles, d’hippopotames, d’oiseaux, de chasseurs, de danseuses, d’artisans qui nous plongent dans la vie quotidienne de l’Égypte antique, sans que personne ne vienne les tirer de ce rêve éveillé.
 

« L’or des Pharaons. 2 500 ans d’orfèvrerie dans l’Égypte ancienne »
du 7 juillet au 9 septembre 2018. Espace Ravel, Grimaldi Forum, 10, avenue Princesse Grace, Monaco. Tous les jours, de 10 h à 20 h, le jeudi jusqu’à 22 h. Tarifs : 9 à 11 €. Commissaire : Christiane Ziegler. www.grimaldiforum.com
L’exposition "L’or des pharaons"
Du 7 juillet au 9 septembre 2018, plus de cent cinquante trésors issus des tombes royales et princières de l’ancienne Égypte, conservés au Musée du Caire, s’offrent au regard des visiteurs du Grimaldi Forum. Certains ne sont jamais sortis d’Égypte et n’en ressortiront plus jamais : leur prêt a été consenti de façon inédite à l’occasion de leur transfert au nouveau Musée du Caire, dont ils inaugureront l’ouverture partielle fin 2018. Parmi eux, des œuvres exceptionnelles comme la triade de Mykérinos, les sarcophage et masque funéraire du roi Psousennès Ier, le bracelet aux canards de Ramsès II ou des pièces majeures du trésor de Tanis. Chaque pièce a été restaurée dans les laboratoires du Musée du Caire, occasionnant parfois des découvertes pour les chercheurs, sur les techniques et les matériaux utilisés par les artisans. Le commissariat de cette exposition exceptionnelle a été confié à l’égyptologue Christiane Ziegler, directrice honoraire du département des antiquités égyptiennes du Musée du Louvre. Un riche catalogue, superbement illustré présente au public le fruit des recherches menées ces dernières années sur l’orfèvrerie.
Marie Zawisza
 

 

 

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°714 du 1 juillet 2018, avec le titre suivant : Pourquoi l’Égypte fascine tant !

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque