Vendredi 6 décembre 2019

Art ancien

Les scientifiques s’opposent à la réouverture de la grotte d’Altamira

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 11 octobre 2011 - 339 mots

ALTAMIRA

SANTILLANA DEL MAR (ESPAGNE) [11.10.11] - La grotte espagnole d’Altamira, qui renferme l’un des ensembles picturaux les plus importants de la Préhistoire, doit-elle rouvrir au public ? Les autorités régionales le souhaitent pour le dynamisme de l’économie locale. Mais les études scientifiques s’y opposent au nom de la préservation de ce site classé.

Depuis 2010, la réouverture au public de la grotte d’Altamira est attendue par le gouvernement régional de Cantabrie, en Espagne. Seulement, des chercheurs du Conseil espagnol pour la recherche scientifique dénoncent les risques d’une telle autorisation pour la préservation du site. Dans un article de la revue Science, publié le 7 octobre 2011, « les archéologues, les environnementalistes et les microbiologistes s’accordent tous sur la nécessité de fermer les sites souterrains pour leur conservation ».

Selon le microbiologiste espagnol Cesario Saiz-Jimenez et ses collègues, « il dépend du ministère de la Culture espagnol de savoir si Altamira va emprunter ou pas le même chemin que celui de la grotte de Lascaux ». Leur histoire est comparable. Dans les années 1960, l’afflux de visiteurs avait commencé à entraîner des dégradations sur les deux sites. Des taches et des moisissures provoquées par des bactéries et des champignons avaient envahi les parois et attaqué les peintures. Lascaux avait été fermée au public en 1963 et Altamira avait fermé une première fois en 1977. Devenue propriété de l’Etat espagnol, Altamira avait ensuite rouvert en 1982, pour un accueil limité, avant de refermer au public en 2002. La grotte de Lascaux, quant à elle, n’a jamais rouvert.

D’après les chercheurs, la deuxième fermeture d’Altamira a été bénéfique à ses peintures. Les algues vertes ont stoppé leur progression à l’intérieur de la grotte et le niveau de CO2 dans l’air a diminué. Ce qui permet de limiter le développement des bactéries. Toutefois, les risques demeurent. Localisées près de la porte de la grotte, celles-ci pourraient se répandre sur le site lors de la réouverture. Or, la grotte d’Altamira est, depuis 1985, inscrite par l’Unesco sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité.

Légende photo

Reproduction d'une peinture de la grotte d'Altamira, visible à l'American Museum of Natural History à New York - © photo A. M. Kuchling - 2009 - Licence CC BY 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque