Mercredi 21 novembre 2018

Nomination - Musée

Le maire de Montpellier choisit les directeurs de son futur musée polémique

Par Céline Piettre · lejournaldesarts.fr

Le 4 juillet 2014 - 415 mots

MONTPELLIER [04.07.14] - Quelques jours après avoir enterré le projet de Musée de l'histoire de la France et de l'Algérie, Philippe Saurel devrait nommer dans les prochains jours Numa Hambursin et Michel Hilaire co-directeurs du futur Musée d'art contemporain.

Numa Hambursin
Numa Hambursin
Photo D.R

Ce sera donc une double tutelle pour le futur Musée d'art contemporain de Montpellier. C'est en tout cas ce que Philippe Saurel, maire de la Ville et président de l'agglomération, a évoqué vendredi 27 juin lors du vernissage de l'exposition « Viallat, une rétrospective ». La nouvelle institution, qui devrait ouvrir ses portes en juin 2016 dans l'Hôtel Montcalm, un bâtiment du XVIIIe situé près de la gare Saint-Roch, devrait être confiée à l'actuel directeur du Musée Fabre Michel Hilaire, assisté de Numa Hambursin, le directeur artistique du Carré Sainte-Anne et de l'espace Bagouet. Ce dernier, âgé de 35 ans, fils de la galeriste Hélène Trintignan et arrière-petit-fils du peintre montpelliérain Max Leenhardt (1853-1941), s'est vu confirmer la nouvelle au téléphone par le maire en personne. Il prendrait en charge la politique d'expositions temporaires tandis que Michel Hilaire s'emploierait à la constitution de la nouvelle collection et à sa conservation. Au vu du parcours de Numa Hambursin, on peut déjà s'attendre à une présence forte de la peinture et des artistes de la région dans la programmation, comme Stéphane Pencréac'h, Hervé Di Rosa ou Daniel Dezeuze. La possibilité d'un jardin de sculpture est également envisagé.

Cette nomination, qui attend d'être entérinée, suit de peu la décision du conseil d'Agglomération de Montpellier d'abandonner définitivement le projet d'un Musée de l'histoire de la France et de l'Algérie (MHFA) pour la création d'un Musée d'art contemporain, jugé plus « moteur » pour l'économie de la ville. Initié il y a 12 ans par Georges Frêche en hommage à la présence française en Algérie, le MHFA se réclamait de « toutes les mémoires » depuis sa réorientation en 2010. La pétition lancée par le comité scientifique du musée n'a pas suffi à sauver le projet. Reste à déterminer désormais l'avenir des objets acquis pour le MHFA – les acquisitions s'élèvent à plus de deux millions d'euros. Afin de débattre, entre autres, de cette question, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a reçu ce vendredi 4 juillet à 11 h une délégation composée de Georges Morin, membre du collectif de défense du Musée de l'histoire de la France et de l'Algérie, et de Jean-Robert Henry, président du conseil scientifique du musée, tous deux accompagnés par Henri Loyrette et Jack Lang.

Légende photo

Numa Hambursin - © photo D.R.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque